Économie – Social

Cosmetic Park : un vaste complexe de loisirs va voir le jour sur l'ancien site Lexmark

Par Stéphane Barbereau et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans mardi 27 décembre 2016 à 7:57

L'ancien site Lexmark, à cheval sur les communes de Boigny sur Bionne et Vennecy
L'ancien site Lexmark, à cheval sur les communes de Boigny sur Bionne et Vennecy - capture écran Google Earth

Les terrains, situés sur les communes de Boigny sur Bionne et Vennecy, ont été rachetés par une société immobilière de Reims qui souhaite implanter des activités destinés aux salariés des entreprises voisines : crèche, restaurants, salle de sport, parcours de détente, de santé,...

Il y a presque un an jour pour jour, le projet Argan, un projet d’immense plateforme logistique pour Carrefour, était abandonné suite à la mobilisation des riverains des communes alentours. Ils ne voulaient pas du passage de 200 camions par jour qu'aurait généré ce projet de 140 000 m2 d'entrepôts.

Un nouveau projet autour du "bien-être au travail"

Aujourd’hui, place à un projet de « Cosmetic Park » autour de l’idée du bien-être au travail. Arefim est une jeune société créée en 2013. Elle est installée à Reims, spécialisée dans la location de terrains et autres biens immobiliers. A sa tête, Valéry Fénés et Patrice Franc, deux dirigeants qui possèdent une dizaine d’autres SCI (société commercial immobilière) dans le même secteur d’activité. Il y a un peu plus de six mois, ils se sont portés acquéreurs des 80 hectares de l’ancien site Lexmark. Leur projet, baptisé Cosmetic Park, c’est un complexe autour du bien-être au travail.

Crèche, salle de sport, parcours de santé en forêt...

Dans le détail, il est envisagé un restaurant, une crèche, une salle de sport, des parcours détente, des circuits de footing à travers le parc et la forêt. Des activités destinées aux salariés d'entreprises, comme Dior, situées à proximité. Arefim aimerait également implanter sur le site d’autres sociétés liées à la cosmétique. Contrairement à Argan, le projet est mené dans la concertation avec les élus locaux. Contacté par France Bleu Orléans, Arefim n’a pas souhaité indiqué le montant de ce projet de Cosmétic Park, ni celui de l’acquisition des terrains.