Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Côte-d'Or : le préfet autorise l'ouverture des commerces de détail le dimanche jusqu'à fin juin

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le gouvernement a décidé de rouvrir les commerces depuis le mercredi 19 mai 2021 avec un protocole sanitaire renforcé. Ils pourront rester ouvert le dimanche. La mesure concerne les commerces de détail ainsi que de l'ameublement, et l'équipement de la maison.

Rue du Bourg à Dijon
Rue du Bourg à Dijon © Radio France - Stéphanie Perenon

Pour répondre notamment à la nécessité de mieux réguler les flux dans le contexte sanitaire avec le maintien d'une vigilance constante, mais également permettre de compenser les baisses d’activité et de chiffre d’affaires subies en raison de la fermeture des établissements, Fabien SUDRY, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Préfet de la Côte-d’Or a signé trois arrêtés portant dérogation au repos dominical de certains salariés du département de la Côte-d’Or. 

Les commerces de détail ainsi que les commerces de détail de l'ameublement et de l'équipement de la maison sont ainsi exceptionnellement autorisés à employer des salariés aux dates suivantes : 

  • Dimanche 23 mai 2021 
  • Dimanche 31 mai 2021 
  • Dimanche 6 juin 2021 
  • Dimanche 13 juin 2021 
  • Dimanche 20 juin 2021 
  • Dimanche 27 Juin 2021 

Cette dérogation s’applique sur tout le territoire du département de la Côte-d'Or. Le préfet rappelle que seuls les salariés volontaires ayant donné leur accord par écrit peuvent travailler ces dimanches. Chaque établissement respectera les dispositions conventionnelles concernant les contreparties pour le travail le dimanche (récupérations, paiement du dimanche travaillé). Le refus d’un salarié de travailler le dimanche ne constitue ni une faute, ni un motif de licenciement et ne peut faire l’objet d’une mesure discriminatoire dans le cadre de l’exécution de son contrat de travail.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess