Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Côte-d'Or : malgré les annonces de la présidence du SDIS, les pompiers toujours en grève

-
Par , France Bleu Bourgogne

Après plusieurs mois de grève, la direction du SDIS 21 a annoncé une série de mesures ce mercredi 18 septembre visant à apaiser les tensions. Mais elles sont loin de satisfaire les syndicats qui annoncent poursuivre leur grève.

Kamel Boufeniche (à g), président du syndicat des cadres Avenir Secours en Côte-d'Or et Matthieu Bregand (à d), président du SA 21 ne se satisfont pas des mesures annoncées par la direction du SDIS.
Kamel Boufeniche (à g), président du syndicat des cadres Avenir Secours en Côte-d'Or et Matthieu Bregand (à d), président du SA 21 ne se satisfont pas des mesures annoncées par la direction du SDIS. © Radio France - Bradley De Souza

Dijon, France

«C'est une goutte d'eau qui répond à la moitié de ce que l'on avait demandé», soutient sans ambages Matthieu Brégand, président du syndicat autonome SPP/PATS 21. La présidence du SDIS a annoncé ce mercredi 18 septembre une série de mesures visant à apaiser les tensions au sein de la profession à bout de souffle depuis plusieurs mois en Côte-d'Or.

Des effectifs renforcés dès 2020

«Nous ne sommes pas satisfait du nombre de postes. C'est insuffisant pour que le secours en Côte-d'Or soit performant et pour que les cadres puissent travailler dans des conditions acceptables», poursuit Matthieu Brégand. Dès le 1er octobre, un poste de coordonnateur ambulancier sera créé avec l'ARS et le CHU de Dijon. Une ambulance de garde supplémentaire sera également déployée à Auxonne et Dijon.

Ils créent des postes dont on n'a pas besoin - Matthieu Brégand, président du syndicat autonome SPP/PATS 21

Dans les mesures annoncées par le présidence du SDIS, trois pompiers supplémentaires seront affiliés aux centres de Dijon-Transvaal et Dijon-Nord. Ils seront accompagnés d'un pompier volontaire par centre également. Le centre de traitement d'alerte sera renforcé par deux pompiers professionnels qui pourront être redéployés dans les casernes annonce la présidence du SDIS 21. «C'est une quinzaine de postes sur deux ans mais nous, ce ne sont pas les postes qu'on a demandés. Ils créent des postes dont on n'a pas besoin», réagit Matthieu Brégand face à ces annonces.

Les revendications des pompiers inscrites sur leurs camions. - Radio France
Les revendications des pompiers inscrites sur leurs camions. © Radio France - Thomas Nougaillon

À LIRE AUSSI - À Dijon, les pompiers manifestent pour plus de postes

«Nous ne sommes pas écoutés»

«Ces annonces ne peuvent pas signer la fin de la grève quand on vous annonce la moitié de ce que l'on a demandé», réagit à son tour Kamel Boufeniche président du syndicat des cadres Avenir Secours en Côte-d'Or avant de poursuivre «Ce que l'on demande c'est quinze postes de pompiers qui sont dans le camion, pas quinze postes en tout».

On a avancé mais on n'a pas été entendu et on va continuer à combattre pour arriver à ce que l'on a demandé - Kamel Boufeniche président du syndicat des cadres Avenir Secours.

Vers la fin de la grève ? Réponse de Kamel Boufeniche, président du syndicat des cadres Avenir Secours en Côte-d'Or.

La situation est particulièrement tendue dans le département de la Côte-d'Or. Le département a perdu 30 agents ces dix dernières années alors que le nombre d'intervention a augmenté de 23%. Les pompiers ont toujours sur la table leur liste composée de 53 revendications. «On est à la moitié du chemin, on n'a pas été entendu. On va continuer à combattre pour arriver au 100% de ce qu'on a demandé parce que c'est le minimum pour intervenir en sécurité», ajoute Kamel Boufeniche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu