Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Côte-d'Or : les services de protection maternelle et infantile cherchent des médecins

-
Par , France Bleu Bourgogne

Alors qu'un rapport parlementaire s'inquiète de la situation des services de protection maternelle et infantile (PMI) en France, la Côte-d'Or fait presque figure de bon élève, mais comme ailleurs, le département peine à trouver des médecins référents.

Manifestation des professionnels de la Protection maternelle infantile
Manifestation des professionnels de la Protection maternelle infantile © Maxppp - Christophe Morin

Dijon, France

Un peu d'histoire

Les services de protection maternelle et infantile ont été créé en France juste après la seconde guerre mondiale alors que le pays connaissait une très importante mortalité infantile. Décentralisée depuis 1983, à la croisée du sanitaire et du social, la PMI, dont les missions sont définies par le Code de la santé Publique (CSP), mobilise au sein des départements des effectifs pluridisciplinaires (médecins, infirmières puéricultrices, sages-femmes, psychologues…) à hauteur de 10 000 Equivalent Temps Plein. 

En Côte-d'Or, il y a 35 lieux d'accueil répartis aussi bien en ville qu'en milieu rural. La PMI emploie une centaine de personnes. Ces services sont gérés par le Conseil Départemental.  

Un centre de PMI à DIjon - Radio France
Un centre de PMI à DIjon © Radio France - Christophe Tourné

Une hémorragie de médecins en 2017 

Depuis 2017, le service PMI du conseil départemental a dû faire face à neuf départs de médecins, dont 8 à la retraite et un pour s'installer en libéral. Deux recrutements de nouveaux médecins sont intervenus cette année, en 2019.  Grace à une réorganisation du service permettant de recentrer les médecins sur des tâches médicales d'une part, et de conseils techniques aux élus et aux professionnels d'autre part, le département a transformé deux postes de médecins en deux postes d'infirmières puéricultrices. Ces dernières accompagnent des médecins de la PMI dans le suivi. Elles coordonnent aussi l'agrément des assistantes maternelles dans le département.

Un centre de PMI - Maxppp
Un centre de PMI © Maxppp - Marlene Awaad

Cinq postes vacants 

Le département affiche une forte volonté de maintenir une présence de proximité dans le champ de la prévention de l'enfance : consultations médicales gratuites ouvertes à toutes les familles, bilan de santé en école maternelle pour tous les enfants de 4 ans, élaboration d'outils d'information du grand public. Il a revalorisé le régime indemnitaire des médecins en juin 2019 de manière à être plus attractif pour les jeunes médecins sortant d'étude. L'an passé en Côte-d'Or, ce sont plus de 4200 enfants qui ont été ainsi suivis dans les 35 centres de PMI du département.

"Pour sauver la PMI, Agissons maintenant !" 

Voilà le titre, plutôt inquiétant, d'un rapport parlementaire consacré aux services de Protection Maternelle et Infantile. Après six mois d'enquête et d'auditions menée dans 14 départements. On pourrait presque dire qu'on est heureux en Côte-d'Or, car comparé à la moyenne nationale, le budget qui alloués à la PMI est 35% plus élevé. 

Le rapport parlementaire sur la PMI - Aucun(e)
Le rapport parlementaire sur la PMI -

La députée de Seine et Marne, Michèle Peyron, dénonce notamment un important désengagement de l'Etat et de l'Assurance Maladie, alors qu’il s’agit d’une politique sanitaire préventive avec un fort retour sur investissement en terme de gestion du risque. Elle pointe aussi une grande disparité entre les territoires. Sur ce point, la Côte-d'Or fait figure de bon élève. Un autre problème inquiète la parlementaire : le déficit croissant de médecin. Là, en revanche, la Côte-d'Or n'y échappe pas. Ce que reconnait volontiers, Jean-Michel Renaud, à la direction Parents Enfants au conseil départemental. 

"Le département de la Côte-d'Or est confronté, comme toutes les institutions qui emploient des médecins, à une raréfaction de la ressource médicale. Le numerus clausus qui a, pendant des années, limité le nombre d'étudiants dans les facultés de médecine, a créé une pénurie. Elle touche tous les services, dont ceux évidemment de la PMI. Pour autant, la Côte-d'Or a de la chance car nous avons encore 18 médecins qui œuvrent au quotidien sur l'ensemble du territoire", explique le responsable. Jean-Michel Renaud détaille aussi toute une série d'efforts mis en oeuvre pour inciter les candidats, comme une revalorisation des salaires votées en juin dernier par les élus, l'accueil d'internes pendant six mois pour leur faire découvrir les services, ou encore un compagnonnage mis en place lorsqu'un nouveau médecin arrive.  

Jean-Michel Renaud de la direction Parents Enfants du Conseil Départemental de la Côte-d'Or

Jean-Michel Renaud, direction Parents Enfants du conseil départemental de la Côte-d'Or - Radio France
Jean-Michel Renaud, direction Parents Enfants du conseil départemental de la Côte-d'Or © Radio France - Christophe Tourné
Choix de la station

France Bleu