Économie – Social

Cotes-d'Armor : les agriculteurs jouent au chat et à la souris avec les forces de l'ordre

Par Annaïg Haute et Tudi Crequer, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel jeudi 21 janvier 2016 à 14:40

Ce jeudi matin, les agriculteurs ont été délogés de leur premier barrage.
Ce jeudi matin, les agriculteurs ont été délogés de leur premier barrage. © Radio France - Johan Moison

Les agriculteurs maintiennent la pression et s'organisent pour que leur action dure dans le temps. Ils comptent bien rester sur la RN12, alors que les gendarmes ont reçu l'ordre de les déloger. Des actions sont également à l'étude dans les autres départements bretons.

Après avoir été délogés de leur barrage sur la RN12 près de Saint-Brieuc ce jeudi 21 janvier au matin, les agriculteurs costarmoricains ont reculé de 400m sur leur blocage de Guingamp, après avoir reçu des gaz lacrymogènes au niveau de l'échangeur de Kernilien, à Guingamp.  Les forces de l'ordre sont sur place et leur demandent de quitter les lieux, mais ils ont seulement reculé de quelques centaines de mètres.

La circulation est interrompue  par une vingtaine de tracteurs  Une petite centaine d'agriculteurs sont sur place et ils ont allumés des feux.  Les autorités ont envoyé sept camions de CRS sur les lieux.

Le Préfet ne permettra pas aux agriculteurs de rester sur la voie express

Selon les agriculteurs, le Préfet des Côtes-d'Armor aurait prévenu les responsables syndicaux qu'il ne permettra pas aux agriculteurs de rester sur la voie express. De leur coté, les agriculteurs semblent très déterminés.

"Si on est délogés, on recommencera un km plus loin!"

Sur ce barrage de Guingamp, les agriculteurs annoncent qu'ils veulent rester sur la RN12 _"_coûte que coûte, et ajoutent, si on est délogé, on recommencera un kilomètre plus loin!".

Des actions sont également en préparation dans les autres départements bretons. Les agriculteurs expliquent qu'ils veulent faire monter la pression et intensifier les actions sur plusieurs jours.

Partager sur :