Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Coup de gueule d'un boulanger niçois : "J'ai écrit au Premier ministre, plus de 80% de nos croissants sont industriels"

mercredi 4 octobre 2017 à 8:46 Par Sébastien Germain, France Bleu Azur et France Bleu

Frédéric Roy est en colère. Pour ce boulanger de Nice, les croissants et les pains au chocolat naturels sont en train de mourir. Il a écrit à Edouard Philippe.

Frédéric Roy, artisan boulanger à Nice
Frédéric Roy, artisan boulanger à Nice © Radio France - Sébastien Germain

Nice, France

Frédéric Roy est artisan boulanger à Nice. Il a écrit au Premier ministre Edouard Philippe. Il demande que le gouvernement instaure une appellation "tradition" pour les viennoiseries.

"On ne doit plus manger de la merde"

Pour Frédéric Roy les traditions se perdent, et notamment la façon de faire des croissants et des pains au chocolat. Il estime que "plus de 80% des croissants sont faits de manières industrielles. Le croissant et le pain au chocolat naturels sont en danger. Mon petit-fils de deux ans risque de ne pas connaitre le croissant naturel. Aujourd'hui, on ne doit plus manger de la merde."

"Nous devons avoir une appellation"

Il demande au gouvernement d'instaurer une appellation tradition : "Tout comme la baguette tradition, nous devons avoir une appellation pour les boulangers qui font les croissants et pains au chocolat 100% naturels. Le Premier ministre m'a répondu qu'il avait transféré le dossier au ministre de l'Économie."

Frédéric Roy, boulanger niçois