Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cournon-d'Auvergne : après le décès de son propriétaire, la confiserie Saudial change de main.

lundi 10 septembre 2018 à 18:44 Par Claudie Hamon, France Bleu Pays d'Auvergne

Après le décès du propriétaire de la confiserie Saudial, l'entreprise familiale Parrain vient d'être reprise par Rozenn et Aurélien André. Une autre famille auvergnate.

Rozenn et Aurélien André, les nouveaux propriétaires de la confiserie Saudial de Cournon.
Rozenn et Aurélien André, les nouveaux propriétaires de la confiserie Saudial de Cournon. © Radio France - Claudie Hamon

Cournon-d'Auvergne, France

Cela faisait 30 ans que la confiserie Saudial était gérée par Didier Parrain. Après son décès brutal en octobre dernier, Marie sa veuve a rapidement cédé l'entreprise familiale. Parmi les repreneurs, elle a choisi Rozenn et Aurélien André, une autre famille auvergnate bien décidée à développer les activités de la confiserie et valoriser les savoir-faire de ses salariés. 

La boutique de confiserie Saudial à Cournon - Radio France
La boutique de confiserie Saudial à Cournon © Radio France - Claudie Hamon

C'était au départ le projet d'Aurélien, un touche-à-tout issue de la filière technique qui a fait ses armes dans la mécanique, la papèterie, la métallurgie et aujourd'hui la confiserie. Finalement, Rozenn son épouse, ancienne coloriste chez Hermès s'associe à cette entreprise qui devient familiale. "Ce n'était pas du tout mon domaine mais mes compétences de coloriste vont me permettre de travailler sur les colorants naturels, des pralines notamment." 

Le bâtiment de 900m2 est un peu vieillissant "mais ce n'est pas la priorité" précise Aurélien. La boutique a été réaménagée, "plus tard nous installerons un laboratoire vitré où les clients pourront voir la fabrication des bonbons." Rozenn qui s'occupe du négoce et du développement produits a plein d'idée. "Le site internet sera bientôt repensé, et surtout nous voulons développer notre production." Et cela passe par l'augmentation de la matière première principale, le sucre. "Nous devrions passer de 120 à 150 tonnes de sucre par an. Pour monter en puissance, deux apprentis confiseurs devraient bientôt rejoindre les quatre salariés de la maison.