Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Taxis gratuits ce mardi à Strasbourg pour protester contre Uber

lundi 25 janvier 2016 à 21:36 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les taxis seront gratuits ce mardi toute la journée à Strasbourg (intra-muros). Comme à Paris, les chauffeurs entendent protester contre la société Uber qui leur fait, selon eux, une concurrence déloyale.

Les taxis ont déjà manifesté à plusieurs reprises à Strasbourg
Les taxis ont déjà manifesté à plusieurs reprises à Strasbourg © Maxppp

Strasbourg, France

Alors qu'une forte mobilisation est attendue à Paris, les chauffeurs de taxis strasbourgeois vont s'associer au mouvement d'une façon originale. A l’appel de l’Union régionale des syndicats d’artisans taxis du Bas-Rhin (URSAT 67), ils offriront la course à leurs clients dans Strasbourg intra-muros de 7h à 18h.

Un opération en forme de clin d’œil pour demander au gouvernement que soit mieux appliquée la loi Thévenoud du 1er octobre 2014. Elle fixent les règles de travail pour les chauffeurs de VTC ou les réseaux comme Uber. Cette plate-forme internet permet de prendre un taxi à des prix défiant toute concurrence. "La loi n'est pas appliquée. La nuit, il y a des Uber à Strasbourg, alors qu'ils n'ont pas le droit de travailler, mais il n'y a pas de contrôles. Ils travaillent en toute illégalité", raconte ce chauffeur strasbourgeois qui proposera des courses gratuites ce mardi.

"Je ne vais pas défendre Uber" - un chauffeur Uber X à Strasbourg

Selon le chauffeur Uber que nous avons réussi à joindre, ce sont surtout les clients qui profitent des prix. "Pour nous, chauffeurs, c'est de l'esclavagisme" raconte cet Alsacien. "Je ne vais pas défendre Uber, j'arrête dès que possible. C'est bien pour le client, c'est la moitié du prix du taxi, mais pour nous... Gagner 24 euros pour se rendre à l'aéroport pour 40 kms et une heure de travail, on est sous le smic !"