Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Couvre-feu : Jonathan Wisniewski, ancien du FCG et propriétaire d'un restaurant pousse un coup de gueule

-
Par , France Bleu Isère
Saint-Egrève

L'ancien joueur du FCG Jonathan Wisniewski, aujourd'hui au LOU et propriétaire d'un restaurant de salades à Saint-Egrève, a publié une vidéo sur Twitter où il exprime sa colère et son ras-le-bol sur la situation des restaurateurs, encore plus compliquée avec la mise en place du couvre-feu.

Jonathan Wisniewski, ancien joueur du FCG aujourd'hui au LOU.
Jonathan Wisniewski, ancien joueur du FCG aujourd'hui au LOU. © Maxppp - Maxime Jegat

"Il y a quelques mois, j'ai décidé de devenir entrepreneur en ouvrant un restaurant à Saint-Egrève et un autre bientôt à Lyon. Je suis très en colère parce que le gouvernement explique que nous, restaurants et bars, sommes des lieux de contamination" explique Jonathan Winieswski, ancien joueur du FCG, aujourd'hui à Lyon et entrepreneur. Il a publié ce samedi un message vidéo sur son compte Twitter où il exprime sa colère et demande au gouvernement de considérer la détresse de tous les restaurateurs et bars.

Son établissement, la Salad Rit à Saint-Egrève, a reçu une visite sympathique ce vendredi. "Quatre policiers armés jusqu'aux dents sont venus nous dire que les buffets sont des lieux de contamination importants et que l'on devait fermer le restaurant sous peine d'une amende de 2500 euros par jour" précise le rugbyman.

On est en train de crever

Puis, il poursuit sur les aides apportées par l'exécutif. "Quand vous annoncez une aide de 1500 euros si on fait moins de 50% de son chiffre d'affaire et qu'on a 10 000 euros de loyer et 6000 euros de crédit, sachant que la moitié des restaurants n'ont pas obtenu le prêt garanti par l'Etat, comment on fait rentrer 1500 euros dans ces frais fixes ?"

"Je vous remercie pour vos 1500 euros, c'est la petite balle qui rentrera dans le fusil qui va mettre une dizaine de personnes au chômage" conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess