Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : à Saint-Brice-en-Coglès, les salariés de l'abattoir Abera sous haute protection

Saint-Brice-en-Coglès, Maen-Roch, France

Après la découverte d'une centaine de cas de Covid-19 dans un abattoir des Côtes d'Armor, le secteur est secoué par cette affaire. A Saint-Brice-en-Coglès, sur la commune de Maen-Roch (Ille-et-Vilaine), les 350 salariés d'Abera font l'objet de mesures sanitaires très strictes.

L'abattoir Abera à Maen-Roch (Saint-Brice-en-Coglès)
L'abattoir Abera à Maen-Roch (Saint-Brice-en-Coglès) © Radio France - Loïck Guellec

C'est le principal employeur de Saint-Brice-en-Coglès sur le territoire de Maen-Roch (Ille-et-Vilaine). L'abattoir Abera, membre du groupe agroalimentaire Avril, emploie 350 salariés. Durant le confinement, le site d'abattage de porcs ne s'est jamais arrêté.  Il n'y a quasiment pas eu d'absentéisme et aucun cas de Covid 19 n'est à déplorer. Le personnel administratif a fait d'abord du télétravail avant de revenir sur site. Depuis la découverte d'une centaine de cas de Covid-19 à l'entreprise Kermené, à Saint-Jacut-du-Mené (Côtes d'Armor), le secteur est secoué par cette affaire. Mais à 120 kilomètres de là, l'abattoir d'Ille-et-Vilaine se montre plutôt serein.

L'abattoir Abera à Maen-Roch (Saint-Brice-en-Coglès)
L'abattoir Abera à Maen-Roch (Saint-Brice-en-Coglès) © Radio France - Loïck Guellec

La règle des 4 M

Dans les abattoirs, l'hygiène, le lavage des mains comme le port du masque et d'une charlotte sont des réflexes naturels. Mais à cause de la crise sanitaire, les mesures de protection ont été renforcées. "On a résumé l'application des gestes barrières par la règle dite des 4 M" explique Fabrice Chapelle directeur du site "je me distancie d'au moins 1 mètre, je me lave les mains régulièrement, si ça ne suffit pas je mets un masque et le 4è M c'est la minute c'est à dire que j'évite les rencontres trop longues avec mes collègues". Des mesures plutôt bien acceptées par les salariés. Au sein de l'abattoir, elles sont d'ailleurs rappelées sur plusieurs affiches rédigées en français, mais aussi en roumain car une centaine d'ouvriers sont ressortissants de ce pays d'Europe de l'Est.

En cas de Covid-19

Ces lieux de travail à forte concentration humaine, où certains ateliers ne dépassent pas les 7°, ne sont pas exempts de tout risque viral. On l'a bien vu dans les Côtes d'Armor. Si un cas avéré se présente à Abera, la réaction des autorités sanitaires sera rapide promet la préfète d'Ille-et-Vilaine Michèle Kirry "dans ce cas-là, nous mettrons en oeuvre une stratégie nationale qui consiste à faire le test virologique, puis à rechercher les cas contacts à risque de la personne infectée, enfin à les isoler pour éviter la reprise de la chaine de transmission". Pas question de fermer l'abattoir administrativement assure la préfète.

La préfète d'Ille-et-Vilaine Michèle Kirry avec Fabrice Chapelle directeur lors de la visite de l'abattoir Abera
La préfète d'Ille-et-Vilaine Michèle Kirry avec Fabrice Chapelle directeur lors de la visite de l'abattoir Abera © Radio France - Loïck Guellec
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu