Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid 19 : plus de six milliards de manque à gagner pour le secteur du tourisme en Ile-de-France

-
Par , France Bleu Paris

L'épidémie de Covid-19 a causé des dégâts considérables, depuis le début de l'année, dans le secteur touristique, avec un manque à gagner de 6,4 milliards d'euros, par rapport à l'an dernier.

La fréquentation du musée du Louvre à chuté de 64% au 1er semestre 2020 par rapport à celui de 2019
La fréquentation du musée du Louvre à chuté de 64% au 1er semestre 2020 par rapport à celui de 2019 © Maxppp - Le Pictorium

Le nombre de touristes a chuté de plus de 14 millions.  Sur la période, les recettes liées à l'activité touristique sont ainsi tombées à 3,8 milliards d'euros contre 10,2 milliards sur les six premiers mois de l'année 2019, et le nombre de touristes ayant chuté de plus de 14 millions. 

Les recettes liées à l'activité touristique du premier semestre sont tombées à 3,8 milliards d'euros contre 10,2 milliards l'an dernier à la même époque, selon des chiffres du Comité régional du tourisme.

Seuls 9,4 millions de touristes ont visité la capitale et sa région, contre 23,7 millions au premier semestre de l'an dernier. 

"Le tourisme est une activité économique extrêmement précieuse à l'Ile-de-France, qui représente 500.000 emplois, et 7 à 8% de la création de richesse régionale", a rappelé la présidente de la région Valérie Pécresse.

La chute la plus forte est celle de la clientèle internationale avec un recul, au premier semestre, de 68% des séjours contre -54% pour la clientèle française. En termes de consommation touristique, "le manque à gagner engendré par l'absence des touristes internationaux est bien plus important, avec un recul des recettes de 4,6 milliards d'euros, contre -1,8 milliard d'euros pour les touristes en provenance de l'Hexagone. 

Légère compensation : l'Ile-de-France a d'avantage été fréquentée par nos voisins européens, avec tout d'abord la venue des Néerlandais (+131% par rapport à l'an dernier), les Allemands (+100%), les Belges (+96%) et les Anglais (+92%).

Au premier semestre 2020, les nuitées hôtelières sont en recul de 61% par rapport aux six premiers mois de 2019, contre une baisse de 47% pour les locations et meublés saisonnières. La capitale a été beaucoup plus impactée que la petite et grande couronnes avec un taux d'occupation de 30% seulement dans les hôtels ouverts, contre 70% autour de Paris. Valérie Pécresse craint qu'un hôtel sur trois ne mette la clé sous la porte d'ici la fin de l'année (hors chaîne hôtelière et hôtels haut de gamme).

Valérie Pécresse invite les franciliens à se rendre aux musées pour soutenir le secteur du tourisme
Valérie Pécresse invite les franciliens à se rendre aux musées pour soutenir le secteur du tourisme © Maxppp - Jan Schmidt-Whitley/Le Pictorium

La région a déployé un plan de relance et de communication de 15 millions d'euros pour sauver le secteur du tourisme francilien.  Il vise tout d'abord à inciter les Franciliens à se rendre au musée et à profiter de fréquentation des touristes étrangers. Valérie Pécresse invite également à passer des WE "au vert", à visiter des châteaux et découvrir tous les trésors de la région, du nord du Val d'Oise au Sud de la Seine et Marne. 

La région va mettre en place un label de sécurité sanitaire, validé par l'ARS (l'Agence régionale de santé) qui sera attribué à tous les professionnels du tourisme recevant du public qui le demandent et qui répondent aux normes rigoureuses en matière de santé. Il s'agit là de regagner la confiance de nos voisins étrangers et de ne plus épingler l'Ile de France "région à risque" et à éviter comme l'ont fait récemment l'Allemagne et la Belgique.0

Choix de la station

À venir dansDanssecondess