Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : Entre trois et quatre millions d'euros de pertes pour le traiteur lorrain Marcotullio

Deux mois sont passés depuis le déconfinement et toujours aucune visibilité pour le traiteur Marcotullio, basé à Nancy et Louvigny. Les projections de pertes pour l’entreprise jusqu’à fin 2020 se chiffrent entre 3 et 4 millions d’euros.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - Alexis Sciard

Touché en premier par la crise de la Covid-19, le secteur de la restauration événementielle ne parvient toujours pas à se relever aujourd'hui. "A la réouverture des restaurants le 2 juin, nous n'avons pas repris, explique Alain Marcotullio le co-gérant de l'entreprise éponyme qui est aussi le président des Traiteurs de France. Jusqu'à maintenant, on bricole avec de la vente à emporter et du click-and-collect mais pour l'instant les réceptions n'ont pas redémarré."

Une reprise en septembre ? 

Alain Marcotullio mise sur une reprise des événements à la rentrée mais l'annulation du Moselle Open, qui devait se tenir du 20 au 27 septembre, a été un nouveau coup dur pour lui. "On essaye de se raccrocher sur les événements qui pourraient se dérouler entre septembre-octobre-novembre", poursuit le traiteur et organisateur de réceptions. Les projections de pertes pour l’entreprise jusqu’à fin 2020 se chiffrent entre 3 et 4 millions d’euros. "En mars on a perdu 60% de notre chiffre d'affaires et depuis avril on perd entre 95 et 99%", détaille Alain Marcotullio. 

On bricole avec de la vente à emporter - Alain Marcotullio.

"C'est clairement une année blanche jusqu'au mois de décembre, se désole-t-il. C'est pour cela qu'au niveau national on continue à demander de l'aide, tant au niveau du chômage partiel que de l'exonération des charges patronales jusqu'à la fin de l'année. Parce que clairement la branche événementielle ne reprendra pas normalement." 

Pour les 37 entreprises représentées par Traiteurs de France, les pertes sont évaluées à près de 133 millions d'euros cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess