Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : incompréhension du milieu sportif après la fermeture des salles de sport dans la métropole rennaise

-
Par , France Bleu Armorique

Les salles de sports sont fermées depuis ce samedi dans la métropole rennaise, après l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral qui impose de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du Covid-19. Pour Maria Jaimes, directrice d'une école de danse à Rennes, c'est l'incompréhension.

L'école de danse "Cielito danse aérienne" est fermée pour deux semaines, après l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral qui instaure de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du virus.
L'école de danse "Cielito danse aérienne" est fermée pour deux semaines, après l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral qui instaure de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du virus. - Jérémie Lusseau

C'est un nouveau coup dur, notamment dans le milieu sportif. Les salles de sports sont fermées depuis ce samedi dans la métropole rennaise. Certaines exceptions ont été prises : les gymnases restent ouverts par exemple pour le milieu scolaire ou étudiant. Mais beaucoup de gérants doivent fermer complètement leurs structures pendant quinze jours. C'est le cas de Maria Jaimes, elle dirige une école de danse pour adultes à Rennes et elle ne comprend pas cette mesure qu'elle trouve trop drastique.

"Une fermeture soudaine"

Maria Jaimes a ouvert son école "Cielito danse aérienne" il y a un an à Rennes. "On est déjà dans une situation très fragile suite à la fermeture pendant le confinement", pointe-t-elle du doigt. La fermeture de son école pour 15 jours, lié au placement de la métropole rennaise en "zone d'alerte renforcée" par le gouvernement, est une nouvelle épreuve. "On est sur des structures fragiles car pour la plupart, on est des autoentrepreneurs, c'est un statut précaire, sans compter les charges que ce soit l'URSSAF, les impôts, le local", énumère la directrice de "Cielito danse aérienne".

"Nous, on respecte vraiment les consignes, on les suit à la lettre : on a du gel hydroalcoolique, des masques obligatoires, même parfois pendant la pratique on demande à nos élèves de les garder. On est sur des petites structures où on n'a pas plus de dix personnes dans mes cours. J'ai vraiment du mal à comprendre cette fermeture soudaine", dénonce Maria Jaimes.

Moi je m'inquiète vraiment pour le futur de mon école.          
Maria Jaimes, une directrice d'école de danse à Rennes

Cette fermeture au mois de septembre tombe au plus mal pour cette directrice d'école. Face au contexte incertain, de nombreuses élèves se désinscrivent. "C'est le moment où les gens s'inscrivent à une activité sportive sur l'année, et si on n'a pas un mois de septembre qui démarre bien, le reste de l'année ça risque d'être vraiment compliqué", décrit-elle.

"Est-ce qu'on n'aurait pas pu trouver un point intermédiaire dans la mesure où il n'y a pas de cluster dans les salles de sports ? Je me demande pourquoi une mesure si drastique, pourquoi ne pas avoir trouvé une mesure intermédiaire dans la mesure où on respecte toutes les consignes qu'on nous a imposées", s'interroge Maria Jaimes, qui peut compter sur la solidarité de ses élèves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess