Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'économie sociale et solidaire a perdu au moins 3.500 emplois en Pays de la Loire

L'économie sociale et solidaire est durement touchée par la crise économique due au Covid-19. Dans notre région, 3.500 emplois ont déjà été supprimés.

Gilles Cavé, le président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire
Gilles Cavé, le président de la Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire - DR

L'économie sociale et solidaire paie le prix fort avec la crise économique consécutive à la crise sanitaire. Cette branche de l'économie regroupe essentiellement des associations - à 80% - des associations sportives, culturelles, mais aussi des colonies ou des centre de vacances à vocation sociale. Ça représente 13% des salariés en Pays de la Loire, soit 165.500 personnes. Mais entre juin 2019 et juin 2020, 3.500 de ces emplois ont disparu, en grande partie à cause du Covid-19.

Tout ce qui est séjour scolaire est à l'arrêt

Parmi les branches les plus touchées : la culture avec une baisse de 19% des effectifs (soit 400 emplois), les sports et le loisir, 13% des effectifs (près de 1.000 emplois supprimés, selon les chiffres de la Cress, la chambre régionale de l'économie sociale et solidaire. "Tout ce qui est séjour scolaire est par exemple à l'arrêt", explique le président de la Cress, Gilles Cavé, invité de France Bleu Loire Océan. "Dans ce secteur, autour des activités périscolaires, 600 emplois ont été perdus".

La destruction d'emplois va s’amplifier

L'un des problème, c'est qu'au début de l'épidémie, "l'économie sociale et solidaire n'a pas reçu toutes les aides dont elle aurait pu bénéficier. Maintenant, il y a de nouvelles aides de l'État, de la Région et des collectivités locales, mais ça ne suffira pas", poursuit Gilles Carré qui craint que beaucoup de structures soient obligées de fermer, "parce que la destruction d'emplois va s'amplifier." 

Des passerelles d'un secteur à l'autre ? 

Note positive, il y a aussi des secteurs de l'économie sociale et solidaire qui continuent d'embaucher : tout ce qui tourne autour de l'aide à la personne et de l'accompagnement des personnes âgées. "Là, le problème, c'est que nous manquons de candidats", regrette Gilles Cavé. On pourrait donc imaginer des transferts de salariés depuis les branches qui vont mal. "Mais ça ne se fera pas du jour au lendemain puisque ce sont des métiers qui nécessitent certaines compétences", conclut le président de la Cress. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess