Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

COVID-19 : la facture sera salée en Corse

-
Par , , France Bleu RCFM

Entre le confinement strict décidé mardi et ses conséquences, la garde d'enfants à organiser, la perte d'activité des entreprises, les difficultés de déplacement, l'épidémie de nouveau coronavirus paralyse une grande partie de l'économie. Les conséquences seront lourdes en Corse.

L'épidémie de coronavirus impactera durablement l'économie corse
L'épidémie de coronavirus impactera durablement l'économie corse © Radio France

Charles Zuccarelli, le président du MEDEF Corse, ne cache pas son pessimisme...  "Toutes les entreprises ferment et recourent au chômage partiel", constate-t-il, impuissant. « On aura », dit-il « dans quelques jours, un tableau plus précis de la situation, mais il sera forcément très noir". La cellule d'appui et d'action aux entreprises frappées par les conséquences de l'épidémie de COVID-19, mise en place par la DIRECCTE – un service de l'Etat - est d'ailleurs submergée d'appel.  

Un secteur touristique durablement impacté

En Corse, le tourisme, associé aux transports, représente 30 % du PIB, la richesse de la région, contre 7 % au plan national. Or ce secteur, même si ce n'est évidemment pas le seul, est particulièrement touché par cette crise sanitaire, ses conséquences. "On aura du mal à s'en relever", lâche, dépité, Bernard Giudicelli, le président de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie. "Depuis une quinzaine de jours déjà », dit-il, « les réservations se tarissent, aujourd'hui ce sont les annulations qui tombent en cascade, y compris pour cet été". Au final, tous les établissements sont soit fermés soit sans clients. Le recours au chômage partiel est massif. Bernard Giudicelli tente de se rassurer, espérant qu'une fois la crise passée les gens auront envie de s'évader.

Les solutions ?

Comment faire, alors, pour que la crise sanitaire sans précédent que traverse la France, et le monde, ne se transforme en crise économique d'une ampleur inégalée ? L'Etat sonne la mobilisation générale, et met la main à la poche. "Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", a promis lundi soir Emmanuel Macron, annonçant "une garantie des prêts bancaires" à hauteur de 300 milliards, alors que  Bruno Le Maire a dévoilé pour sa part un plan d'aide à l'économie de 45 milliards.

Gilles Simeoni, président de l'exécutif et Bruno Lemaire, ministre de l'Economie, lors de sa venue en Corse, en 2018
Gilles Simeoni, président de l'exécutif et Bruno Lemaire, ministre de l'Economie, lors de sa venue en Corse, en 2018 © Radio France - Alexandre Sanguinetti

La CDC aussi se mobilise

Le conseil exécutif s'est réuni, ce mardi 17 mars, pour évoquer la crise, et envisager les mesures de soutien à prendre, en plus de celles déjà prises au plan national. "Il y a ce qui relève de l'Etat », précise Jean-Christophe Angelini, « les 300 milliards promis par Emmanuel Macron, qui vont être ventilés  dans les régions, et puis, plus modestement, il y a ce que l'on peut faire ici". "En lien avec les CCI", indique le président de l'ADEC, "on réfléchit à un fonds dédié pour permettre aux entreprises d'avoir un peu de trésorerie". Il promet aussi d'alléger les procédures d'aides de l'ADEC, où un numéro vert a été mis en place. Mais, admet Jean Christophe Angelini, les entreprises doivent s'appuyer avant tout sur le soutien massif de l'Etat : report d'échéances sociales ou fiscales ; plan d'étalement des créances ; financement des salariés par le mécanisme du chômage partiel.

Par ailleurs, la Collectivité de Corse (CDC) pourrait aussi compter sur l'Europe, dans la gestion du volet économique de cette crise sanitaire majeure, à travers notamment la mobilisation ou la ré-orientation de plusieurs fonds communautaires, comme le FEDER ou le FSE.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess