Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : la lettre des anciens salariés de Luxfer à Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les anciens salariés de l'usine Luxfer, qui fabriquait notamment des bouteilles d'oxygène médical, fermée il y a moins d'un an à Gerzat dans le Puy-de-Dôme, ont envoyé une lettre au Président de la République pour redemander la nationalisation de l'entreprise.

les ex salariés de Luxfer restent mobilisés
les ex salariés de Luxfer restent mobilisés © Radio France - Jean-Pierre Morel

Avant sa fermeture en juin 2019 par le groupe britannique Luxfer, cette usine implantée à Gerzat était la seule en Europe à fabriquer des bouteilles d'oxygène médical. Dans le contexte de crise sanitaire actuel, les anciens salariés ne cessent de réclamer une nationalisation, et une reprise d'activité pour l'intérêt général. Une lettre envoyée à l'Elysée comme une bouteille à la mer.

"Alors que le motif économique n’avait pas été reconnu par l’inspection du travail, votre ministre, Madame Pénicaud, autorisait le licenciement des délégués le 13 février 2020" précise le courrier.  

_"Pourtant, à ce jour, et alors que la crise s’aggrave, rien n’a encore bougé dans notre usine"regrettent les ex Luxfer dans la lettre envoyée à Emmanuel Macron. "Tout reste à l’arrêt parce que vos services n’ont pas engagé la part du travail qui leur revient : mettre cet outil à disposition du bien commun, en passant par une nationalisation, la possibilité de recourir à cet outil ayant été évoquée par votre Ministre de l’Économie à plusieurs reprises dans le cadre de cette crise"._ Le député André Chassaigne avait lui aussi interpellé le gouvernement qui a refusé la nationalisation. 

1000 bouteilles pourraient être produites chaque jour

Un plan de redémarrage avait pourtant été finalisé par les salariés et leurs soutiens. "Celui-ci, que nous avons finalisé dès le 23 mars 2020, permettait d’envisager la mise à disposition des premiers lots de bouteilles d’oxygène à compter de la troisième semaine de mai" rappelle le courrier envoyé au Président de la République. 

Les anciens salariés exhortent Emmanuel Macron. "Monsieur le Président, votre élection vous a, pour la durée de votre mandat, mis en responsabilité de faire primer l’intérêt général sur l’intérêt privé. Plus encore dans la situation de crise sanitaire que connaît la France et le monde dans son ensemble, la préservation de la vie doit passer avant celle de leurs profits. Nous sommes prêts. Il ne reste qu’à traduire en actes concrets, vos engagements récents".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu