Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : le caviar de Gascogne subit aussi les effets de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Gascogne

Avec la fermeture des restaurants, des boutiques d'aéroport et l'arrêt des croisières, le caviar gascon est privé de ses marchés traditionnels. Résultat : l'entreprise «les esturgeons de l'Adour » à Riscle, près d'Aire-sur-l'Adour, pourrait finir 2020 avec une perte de chiffre d'affaire de 30 à 40%

Il y a actuellement 250 000 poissons dans les bassins de la pisciculture gersoise "les esturgeons de l'Adour" à Riscle
Il y a actuellement 250 000 poissons dans les bassins de la pisciculture gersoise "les esturgeons de l'Adour" à Riscle - © Les esturgeons de l'Adour

Mauvaise passe pour les produits de luxe avec la crise sanitaire. La fermeture des restaurants, des boutiques d'aéroport et l'arrêt des croisières prive le caviar de ses débouchés traditionnels. Le marché s'est effondré. La pisciculture gersoise "les Esturgeons de l'Adour" basée à Riscle, près d'Aire-sur-l'Adour, devrait terminer l'année sur une perte de chiffre d'affaire de 30 à 40% selon son président, Laurent Sabeau.

Cette pisciculture est le plus gros site d'élevage d'esturgeon de France avec un chiffre d'affaire de deux millions d'euros en période normale : il compte actuellement 250 000 poissons dans ses bassins. Sa capacité de production est de neuf tonnes de caviar, mais à cette heure, près de trois tonnes n'ont pas été produites cette année. 

La pisciculture gersoise emploie une dizaine de salariés. Les esturgeons élevés sur place servent à la production de caviar, commercialisé sous la marque Prunier, et à vendre aussi la chair du poisson.

L'entreprise "les esturgeons de l'Adour" a enregistré une perte de 90% de son chiffre d'affaire lors du premier confinement entre mars et mai. Les aides de l'État ont permis de redémarrer, de payer les fournisseurs, mais le deuxième confinement a replongé la pisciculture gersoise dans l'incertitude.

La restauration est arrêtée, les croisiéristes ne redémarreront par avant février-mars, les aéroports ne prévoient pas de retour à la normale avant 2024, 2025 se désole Laurent Sabeau, président des esturgeons de l'Adour. "Une approche de fin d'année vraiment très difficile" selon le président de la pisciculture gersoise qui explique avoir trouvé quelques nouveaux marchés à l'export. Mais il mise surtout sur le marché national, les consommateurs français, pour s'en sortir. La filière a d'ailleurs mené une campagne de communication pour le caviar made in France dans deux journaux nationaux.

L'entreprise "les esturgeons de l'Adour à Riscle" espère que les consommateurs se tourneront vers le caviar pour les fêtes pour limiter les pertes liées au coronavirus

Les 15 jours qui viennent seront cruciaux pour l'avenir de la filière caviar qui est donc suspendue à l'attitude du consommateur français pendant les fêtes. Laurent Sabeau espère que les consommateurs seront au rendez-vous et ne pas être obligé de mettre des salariés au chômage partiel en janvier. 

Le président des esturgeons de l'Adour explique que son entreprise a mis en place un site internet sur lequel on peut acheter les produits. Il note aussi qu'"énormément de personnes se déplacent sur le site de Riscle, soit appelle le site de Riscle. On peut leur expédier les produits par la poste où qu'ils soient avec du transport réfrigéré". La gamme de produits est large : caviar, chair d'esturgeon, beurre de caviar etc. "Vous pouvez trouver un caviar tradition à 45€ la boite de 30 grammes chez nous" assure le président des esturgeons de l'Adour.

Que faire des esturgeons en trop ?

En attendant de retrouver l'ensemble de ses débouchés, la pisciculture gersoise continue de tourner : les salariés s'occupent des 250 000 esturgeons dans les bassins, ce qui représente 550 tonnes de poissons. "Nos bassins ne sont pas extensibles, donc tout le poisson qu'on ne vend pas, il ne meurt pas, il va résorber son caviar et en refaire d'autre normalement dans deux ans mais il reste dans nos bassins" explique le président des esturgeons de l'Adour. "On pourrait arriver à de la surpopulation. Nous n'en sommes pas encore là car nous avions heureusement un peu de marge".

Comment gérer une possible surpopulation d'esturgeons dans les bassins des esturgeons de l'Adour à Riscle ? Réponse du président de l'entreprise, Laurent Sabeau

L'entreprise "les esturgeons de l'Adour" est en train de prévoir la possibilité de délester un certain volume d'esturgeon au cas où la crise sanitaire se maintienne au printemps dans une pisciculture plus importante à côté de Mont-de-Marsan. "Nous serons peut-être obligés de vendre des poissons vivants" complète Laurent Sabeau. Si la crise sanitaire se poursuit, la pisciculture gersoise pourrait se retrouver à nouveau avec plusieurs tonnes qui ne partiront pas. "Aujourd'hui, nous ne sommes pas pressés car nous sommes dans des températures basses donc les poissons ne consomment pas beaucoup d'oxygène, mangent très peu. En revanche, ce ne sera pas le cas au printemps. Il faudra trouver une solution et gérer cela au premier trimestre 2021" conclut Laurent Sabeau.

La production de caviar au niveau national, c'est 43 tonnes par an.

 La pisciculture "les esturgeons de l'Adour" à Riscle dans le Gers est le plus gros site français d'élevage d'esturgeon
La pisciculture "les esturgeons de l'Adour" à Riscle dans le Gers est le plus gros site français d'élevage d'esturgeon - © Les esturgeons de l'Adour
Choix de la station

À venir dansDanssecondess