Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les entreprises vauclusiennes se confinent ou protègent employés et consommateurs

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Un arrêt de la production est observé un peu partout dans le département depuis la fin de semaine dernière ou dés ce lundi. Confinement des salariés et télétravail,mais aussi chômage partiel pour les ateliers ou chaînes de fabrication. La grande distribution a instauré partout des mesures barrières.

 La quasi totalité des chantiers sont à l'arrêt
La quasi totalité des chantiers sont à l'arrêt © Maxppp - Thierry Gachon

Dans beaucoup d'usines, les salariés font valoir aussi leurs droits de retrait et les organisations syndicales se mobilisent pour mettre en place des protocoles avec les directions. Dès la fin de la première semaine de confinement, les plus importantes entreprises de département ont mis un sérieux coup de frein à leurs activités  : au Pontet, la SEPR (Société européenne des produits réfractaires) arrête ses fours ce lundi pour passer en chômage partiel ; Eurenco, ex Société nationale des poudres et explosifs à Sorgues, a commencé a stopper ses ateliers vendredi pour placer cette semaine une majorité de ses 300 salariés en chômage partiel. Sur place a débuté un délicat travail de mise en sécurité des machines et de stockage des produits dangereux.  Mais parallèlement la société  en un temps record a transformé ses installations pour mettre en place une ligne de fabrication de solutions hydroalcooliques. Les équipes constituées de volontaires aprés avoir installé cette chaîne dans un premier temps vont très rapidement produire plus de 40 000 litres par semaine.

Ici, comme dans de nombreux sièges, direction et délégués se réunissent pour établir une marche à suivre dans le temps. L'état d'urgence est général dans le département : Eurosilocone à Apt a mis un terme à sa production  vendredi. Le siège national Siniat, ex-Lafarge à Avignon-Agroparc est maintenant fermé, basculant ses employés en télétravail, mais les sites de production sont a l'arrêt. 

Néanmoins ailleurs comme chez Liebig au Pontet, l'activité se poursuit pour le moment. Également chez McCormick-Ducros a Avignon ou Rousselot a L'Isle-sur-la-Sorgue. Chez Isover Saint-Gobain à Orange, l'activité se réduit, mais là, par manque de commandes. Plus généralement le BTP, pour les quelques les chantiers qui se poursuivent, c'est aussi une sérieuse baisse de régime également, par manque de matériaux car nombre de fournisseurs stoppent progressivement leurs fabrications.

Les organisations syndicales mobilisées auprès des directions, mais aussi des pouvoirs publics

Si les syndicats vauclusiens ont tous fermés leurs unions départementales, leur instances se mobilisent pour prendre le pouls des entreprises. Le secrétaire général de la CFDT 84, Frédéric Pelleing a saisi le préfet de région  sur l'absence cruciale de protection d'une majorité de salariés encore en activité. À l'UDCGT, David Tesio, secrétaire général, souligne de son côté les  incohérences entre les directives de confinement et celle du maintien de l'activité économique. 

Chez Force Ouvrière, le secrétaire général, dans un courrier au préfet de Vaucluse, s'inquiète en l'état de la protection des enseignants et AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) dans les écoles encore ouvertes tout spécialement pour assurer des cours aux enfants des personnels soignants : "Il est indispensable que les enseignants et AESH puissent exercer la mission qui leur est confiée avec toutes les garanties de sécurité sanitaire. Ceci d’autant plus qu’il n’est pas possible de faire respecter à tous les enfants la consigne de distanciation sociale d’un mètre" écrit Jean-Luc Bonnal.

Un secteur d'activité très sollicité et recevant en même temps beaucoup de public, la grande distribution

La grande distribution est le secteur où finalement le public se retrouve en nombre même si les entrées des grandes surfaces sont filtrées lors des moments d'affluence. Ici, le personnel a aussi un engagement de solidarité de première nécessité en situation exceptionnelle pour assurer l'alimentation de la population. Les commerces alimentaires de proximité ont aussi leur part dans cette nécessité. 

Si d'ores et déjà les grandes enseignes comme Carrefour et Auchan ont annoncé ce dimanche verser une prime de 1.000 euros à tous leurs employés en poste, les conditions sanitaires aux caisses et dans les rayons ont été gérées en urgence. 

our les caisses, les enseignes Carrefour ou Auchan ont prévu la pose de vitres en plexiglas mais il a fallu parer au plus pressé comme dans les enseignes Auchan à Avignon ou Cavaillon. 

Ce sont des films plastiques qui ont été tendus entre les caissière et les clients, ces dernier, de plus, éloignés au moment de passer en caisse par un système de chicanes. Gants et gel hydroalcoolique sont a disposition de toutes les caissières, nous précise la direction. 

Quant aux employés dans les rayons, sur qui les clients se précipitent souvent pour se renseigner, nous font remarquer les délégués du personnel, à Auchan par exemple, ils ont désormais sur leur veste de travail un gros macaron indiquant "Pour me protéger et protéger les autres , restez à plus d'un mètre" : message assorti d'un grand smiley. 

Enfin ces deux enseignes, Auchan et Carrefour,  ont pris la disposition en fin de semaine dernière de fermer désormais à 20h le soir.

Des panneaux de protection entre clients et caissières par exemple dans cet hyper Carrefour
Des panneaux de protection entre clients et caissières par exemple dans cet hyper Carrefour © Radio France - François Cortade
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu