Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : les espaces de loisirs indoor en difficulté réclament une aide supplémentaire au gouvernement

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Le SPACE, une association professionnelle qui représente les 2.000 espaces de loisirs Indoor en France, réclame une aide spécifique de 17.000 euros par mois et par entreprise pour faire face à une baisse moyenne de 80% du chiffre d'affaires et accompagner la reprise en 2021.

Le parc d'attraction Kizou Aventure à Clermont-Ferrand fermé en raison du confinement
Le parc d'attraction Kizou Aventure à Clermont-Ferrand fermé en raison du confinement - Kizou Clermont-Ferrand

Les patrons d'espaces de loisirs Indoor se disent les grands oubliés du secteur des loisirs et poussent un cri d'alarme pour se faire entendre. Selon eux, la crise sanitaire du Covid-19 a durement et durablement impacté le secteur du tourisme en général, et plus particulièrement encore, les espaces de loisirs indoor. Le SPACE, association professionnelle représentant les espaces de loisirs Indoor en France (Parcs de jeux pour enfants, Laser Game, Escape Game, Réalité Virtuelle, Trampoline parcs, Bowling), exhorte le gouvernement à prendre en compte les spécificités de ses activités et demande la mise en place d’une aide spécifique visant à accompagner la reprise en 2021. 

Certains  espaces de loisirs en intérieur sont menacés de mort 

Co-fondateur en 2008 de l'association SPACE et gérant de Kizou aventure, un parc d'attraction avec des structures gonflables pour enfants à Clermont-Ferrand, Louis Coustès est convaincu que beaucoup de structures comme la sienne feront faillites. "Nous avons l'exemple avec le complexe de loisirs Gravity qui avait deux espaces à Cournon d'Auvergne et Clermont et qui n'a pas survécu au premier confinement." En moyenne, les entreprises du secteur accusent une baisse de 80% du chiffre d’affaires par rapport à l’exercice 2019, ce qui compromet leur survie et les 12.000 emplois directs que génèrent ces structures de loisirs d'intérieur. 

Les professionnels du secteur réclament l'augmentation de l'aide de l'État. "En octobre, j'ai touché une aide de l'État de 10.000 euros comme tous les parcs de loisirs qui ont perdu au moins 30% de leur chiffre d'affaires, mais pour les mois à venir c'est le flou total", précise Louis Coustès. Les espaces de loisirs Indoor se caractérisent par un niveau de charges incompressibles représentant 70% du chiffre d’affaires en raison notamment de la superficie importante des bâtiments à louer pour ce type d'activité, le chauffage, l'entretien, les impôts fonciers. Ces frais fixes pour une structure de 800 m2 comme Kizou aventure, se montent  à 12.000 euros par mois, selon son gérant ce qui est déjà plus que l'aide de l'État. 

Le parc d'attraction "pass partoo" à Saint-Etienne.
Le parc d'attraction "pass partoo" à Saint-Etienne. © Radio France - Rémi Brancato

L'association Space réclame 17.000 euros par mois pour chaque parc de loisirs indoor

C'est la raison pour laquelle l'association SPACE demande que cette aide soit portée à 17.000 euros par mois pendant 10 mois pour aider les espaces de loisirs indoor à faire face à la crise et à se relancer en 2021 d'autant que les marges bénéficiaires sont généralement faibles entre 6 et 12%. Pendant le déconfinement estival, contrairement aux activités de loisirs extérieurs qui ont pu retrouver un niveau d’activité normal, les espaces de loisirs Indoor sont restés désespérément vides dans la mesure où l'été la clientèle préfère les activités de plein air plutôt qu'en salle. 

L'activité des parcs d'attractions en intérieur relève d’une saisonnalité inversée : la haute saison débute en automne, la basse aux beaux jours. Louis Coustès le gérant de Kizou Aventure à Clermont, fait le détail de sa situation financière "En 2019 mon chiffre d'affaires était de 350.000 euros, cette année c'est 110.000 euros, il n'y a rien à dire de plus je serais déficitaire et l'an prochain si j'arrive à 200.000 euros ça sera beau car il faut que les gens se réhabituent à venir." Les parcs de loisirs indoor ne devraient rouvrir leurs portes que le 20 janvier mais ils espèrent obtenir une dérogation préfectorale pour reprendre leur activité dés le 15 décembre.

L'association SPACE a décidé de lancer une pétition pour mobiliser l’opinion publique et se faire entendre. Pour soutenir le commerce de proximité consacré aux loisirs en famille ou entre amis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess