Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : les oubliés du Ségur à l'EPSM de la Sarthe

-
Par , France Bleu Maine

Une partie du personnel du médico-social de l'EPSM de la Sarthe à Allonnes va demander symboliquement ce vendredi sa mutation à la DRH. Ces agents du médico-social ne toucheront pas les 183 € d'augmentation annoncé pour le personnel soignant lors du Ségur de la santé. Ils dénoncent une injustice.

200 agents de l'EPSM de la Sarthe ne bénéficieront pas de la revalorisation salariale annoncée lors du Ségur de la santé
200 agents de l'EPSM de la Sarthe ne bénéficieront pas de la revalorisation salariale annoncée lors du Ségur de la santé © Radio France - Alexandre Chassignon

Ils estiment faire partie des "oubliés du Ségur de la santé".  Comme les aides à domicile, le personnel de la restauration ou ceux des services de soins à domicile, les agents du médico-social et du social de l’Établissement public de santé mentale de la Sarthe à Allonnes, se disent exclus à tort du dispositif de revalorisation salariale décidé suite à la crise sanitaire du coronavirus.  Ces agents ne comprennent pourquoi ils ne vont pas toucher 183 € supplémentaires par mois, comme leurs collègues des services de soins.  

200 des 1 300 agents de l'EPSM ne bénéficient pas du Ségur

Cela concerne 200 agents sur les 1 300 de l'EPSM.  Et pour se faire entendre, 80 d'entre eux vont déposer, ce vendredi à 14h, à la direction des ressources humaines de l'hôpital psychiatriques leur demande de mutation dans des services du sanitaire. Une action symbolique à l'initiative de la CGT pour dénoncer cette "inégalité de traitement".

"Le gouvernement doit tenir ses engagement, quoiqu'il en coûte comme disait Monsieur Macron" déclare Marion Le Claince, aide soignante à la Maison d'accueil spécialisé de l'EPSM. "On se sent non considérés alors qu'il faut savoir que pour nous aussi pendant le confinement cela a été très compliqué. On a les mêmes fonctions que nos collègues du sanitaire, on fait les mêmes tâches, le même travail mais nous, on a pas le droit à cette augmentation. Ce n'est pas juste".   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess