Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : les patrons de boîtes de nuit sarthois se regroupent en association pour peser dans le débat public

-
Par , France Bleu Maine

Une douzaine de patrons de discothèques sarthoises forme une association. Leur objectif est de peser dans le débat public autour de la Covid-19. Ils n'envisagent pas de réouverture partielle de leurs établissement.

Les quatre discothèques mancelles d'Alain Bellanger sont fermées depuis la mi-mars 2020 à cause de la Covid-19.
Les quatre discothèques mancelles d'Alain Bellanger sont fermées depuis la mi-mars 2020 à cause de la Covid-19. © Radio France - Clémentine Sabrié

Les pistes de danse des discothèques, en Sarthe et partout en France, restent désertes depuis le confinement, en mars 2020. Sans activité, les gérants de boîtes de nuit n'ont plus aucun revenu

Porter leur voix face auprès des autorités

Douze patrons sarthois ont décidé de se monter en association. Elle sera créée le 14 octobre. A plusieurs, ils espèrent avoir plus de poids dans le débat public. "On pourrait avoir des entretiens avec le maire du Mans et le préfet de la Sarthe", souligne Alain Bellanger, qui gère quatre boîtes de nuit au Mans, dont le Loft et la Loge. Il était l'invité de France Bleu Maine, ce vendredi 2 octobre.

2020 sera une année blanche

Alain Bellanger a perdu la moitié de son chiffre d'affaires, 1,5 millions euros sur les 3 millions habituels sur une année.

Des aides financières de l'Etat

Un décret publié au Journal officiel, jeudi 1er octobre, accorde une aide financière de 15.000 euros par établissement par mois. Cette somme servira à couvrir les frais fixes des boîtes de nuit "qui sont très élevés", selon Alain Bellanger. Elle ne permettra pas aux gérants de se verser un salaire.

Ces derniers ont bénéficié de prêts garantis par l'Etat (PGE). "Cela nous a sauvé, mais on va devoir le rembourser sur cinq ans", précise Alain Bellanger. "Quand on va rouvrir, il va falloir qu'on fonctionne à 100% pour pouvoir assumer les salaires des employés et le crédit, donc c'est un problème."

Les discothèques ne doivent pas rouvrir "à tout prix"

Soutenus par la députée Pascale Fontenel-Personne, les patrons de boîte de nuit demandaient l'autorisation de rouvrir en juin. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. "On ne va pas se battre pour ouvrir", explique Alain Bellanger.

Ouvrir en mode dégradé n'est pas la solution, pour le patron de la Loge qui se fait la voix de la future association des boîtes de nuit sarthoises : "Si on fait 50% du chiffre habituel, on va perdre beaucoup plus et mettre la population en danger. Ce n'est pas le but."

L'interview d'Alain Bellanger, patron de quatre discothèques au Mans est à réécouter par ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess