Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19: les petits commerces désespèrent de pouvoir rouvrir

-
Par , France Bleu Nord

Jean Castex doit prendre la parole ce jeudi pour annoncer les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus. Depuis l'annonce du deuxième confinement les commerçants de centre ville qui sont à nouveau fermés ne décolèrent pas, et la présidente du Rassemblement National leur apporte son soutien.

Peu de chance pour que les commerces fermés depuis l'annonce du deuxième confinement puissent rouvrir
Peu de chance pour que les commerces fermés depuis l'annonce du deuxième confinement puissent rouvrir © Radio France - Claire Leys

En annonçant une deuxième période de confinement, le Premier Ministre, Jean Castex, a prononcé la fermeture administrative des commerces de centre ville, les commerces de proximité, non alimentaires et donc jugés non essentiels. 

On se souvient de la bronca que cette annonce a provoquée et notamment du côté des librairies qui dénonçaient l'autorisation d'ouverture des grandes surfaces qui vendent des livres elles aussi. Contre la vente en ligne également, comme pour la FNAC ou Amazon.

Pour tenter de calmer les esprits, les pouvoirs publics ont alors ordonné la fermeture des rayons "non essentiels" des grandes surfaces. Mais la colère des commerçants de centre ville n'est pas retombée pour autant.

Nous sommes comme des enfants qu'on aurait mis au coin...

Depuis les déclarations n'ont cessé de se multiplier en faveur des petits commerces. A Doullens, Alain Dacquet qui possède deux magasins de prêt à porter, l'un masculin, l'autre féminin, dénonce une discrimination inacceptable: "j'ai personnellement investi plus de mille euros pour assurer la sécurité de mes clients qui n'étaient autorisés à entrer que par deux dans mes commerces". Il estime être puni par les pouvoirs publics comme un mauvais élève.

Alors on adopte le système D

La mode est donc désormais au "clic and collect"... On commande par internet ou par téléphone et on vient retirer son achat à la porte de la boutique. "Une robe, ça s'essaye" argumente Alain Dacquet. Alors le commerçant tente de s'adapter. "_Ce matin je suis allé chez des clients avec une quinzaine de pantalons et de chemises pour que le monsieur puisse essaye_r"

Mais il pense qu'il ne pourra pas sauver son mois de décembre. "Noël approche, le confinement devrait encore se durcir et je ne sais pas comment on va s'en sortir".

Ecouter: le "clic and collect" n'est pas la solution

"Le clic and collect c'est sans doute bien pour acheter un tube de rouge à lèvre, et encore... Mais surement une robe".

la présidente du RN soutient les petits commerçants

Nombre de personnalités politiques se rallient d'ailleurs aux commerçants de centre ville pour réclamer leur réouvetture. Quel que soit leur bord, ils défendent "l'emploi de proximité". Une démarche un peu électoraliste mais qui tient compte de l'état de la pandémie si l'on en croit Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National, également députée de la 8ème circonscription du Pas-de-Calais.

Marine Le Pen participait aux cérémonies du 11 novembre dans son fief du Pas-de-Calais dont elle est la députée
Marine Le Pen participait aux cérémonies du 11 novembre dans son fief du Pas-de-Calais dont elle est la députée © Radio France - Claire Mesureur

Marine Le Pen qui participait, en tant que députée de la 8ème circonscription du Pas-de-Calais, aux cérémonies du 11 novembre à Hénin-Beaumont s'est prononcée elle aussi pour la réouverture des petits,commerces. "S'il (Jean Castex) décidait de laisser ces commerces fermés, chaque jour qui passe, le risque est plus grand de voir ces commerçants, ces artisans et ces indépendants de mettre la clé sous la porte".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess