Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les acteurs du ski dans les Pyrénées se préparent à une saison blanche

-
Par , France Bleu Occitanie

Le gouvernement devrait maintenir la fermeture des remontées mécaniques en février, car les indicateurs de l'épidémie sont toujours mauvais. Dans les Pyrénées, les acteurs du ski veulent garder espoir, même s'il se réduit.

A Saint-Lary comme partout ailleurs en France, les remontées mécaniques sont fermées.
A Saint-Lary comme partout ailleurs en France, les remontées mécaniques sont fermées. © Maxppp - LAURENT DARD

Il ne devrait pas y avoir de miracle. Selon le journal Le Monde, le gouvernement devrait maintenir la fermeture des remontées mécaniques pendant les vacances de février, l'épidémie de coronavirus restant forte. La décision devrait être officialisée mercredi 20 janvier.

"Ce qu'il faut craindre, c'est une saison blanche, au sens propre comme au figuré, vu les conditions d'enneigement exceptionnelles" juge André Mir, maire de Saint-Lary-Soulan (Hautes-Pyrénées), et trésorier de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM).

Mais l'élu bigourdan veut tout de même garder "de bonnes raisons d'espérer". Il met en avant les protocoles sanitaires, élaborés avec les pouvoirs publics, qui pourraient permettre de skier sans risque de contagion. "Il n'y a pas plus de risques au bas des remontées que dans des manifestations privées et festives, ou dans les rues commerçantes de certaines villes" avance André Mir.

Les élus attendent une indemnisation à la hauteur

Mais a priori, les autorités n'ont pas prévu d'aller dans ce sens là. Alors, les élus pyrénéens attendent une compensation : "il faudra que le gouvernement nous assure une indemnisation à hauteur du sinistre que nous subissons. Comme a dit le président Macron, 'quoi qu'il en coûte'".

André Mir insiste : "La situation des communes est très mise à mal". Et il rappelle qu'un euro de chiffre d'affaires sur les remontées génère sept euros sur le territoire des stations de ski. Selon lui, le manque à gagner sur la Vallée d'Aure et ses quatre stations est donc considérable. Il l'estime à 230 millions d'euros.

Même si les remontées mécaniques doivent rester fermées, le maire de Saint-Lary appelle les Français à se rendre dans les stations pour leurs vacances de février : "Nous avons eu un très bon retour par rapport aux vacances de Noël, où la fréquentation a été significative. Les gens sont venus profiter de l'air pur et d'autres activités : randonnées, raquettes, moto neige, etc."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess