Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : Oxfam propose de "taxer ceux qui ont profité de la crise pour financer la facture du coronavirus"

-
Par , France Bleu

Dans son rapport annuel sur les inégalités publié lundi, l'ONG Oxfam estime que les grandes fortunes mondiales, sont jusqu'ici, sorties indemnes voire renforcées de la pandémie. L'association renouvelle son appel à taxer la richesse afin de combattre "le virus des inégalités".

Le PDG de LVMH, Bernard Arnault (à droite), à New-York (États-Unis) en mai 2019 (illustration).
Le PDG de LVMH, Bernard Arnault (à droite), à New-York (États-Unis) en mai 2019 (illustration). © Maxppp - JASON SZENES/EPA/Newscom

Depuis le premier confinement en France mi-mars, la fortune cumulée des dix personnes les plus riches du monde a augmenté de 540 milliards de dollars affirme l'ONG Oxfam dans son rapport annuel publié ce 25 janvier. "Les 1.000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse d'avant la pandémie en seulement neuf mois alors qu'il pourrait falloir plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques", estime l'association. À l'échelle mondiale, les milliardaires ont même vu leur fortune augmenter de 3.900 milliards de dollars entre le 18 mars et le 31 décembre 2020 selon l'ONG qui s'appuie en particulier sur les données de Forbes et de Credit Suisse. En France, les milliardaires - dont Bernard Arnault, troisième fortune mondiale derrière les américains Jeff Bezos et Elon Musk - ont "gagné près de 175 milliards d'euros" sur la même période, "dépassant leur niveau de richesse d'avant la crise". C'est la troisième plus forte progression, après les États-Unis et la Chine relève l'AFP.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Taxer les plus riches pour financer la facture du coronavirus

Comment l'expliquer ? "On a une économie qui est traversée par des inégalités qui existaient avant la crise mais où les inégalités s'exacerbent à cause de la crise. Et tout le message qu'on veut faire passer à travers ce rapport, c'est que si les milliardaires ont retrouvé leur niveau de fortune qu'ils avaient avant la crise en si peu de temps, en à peine neuf mois, ce n'est pas grâce à la main invisible du marché", a expliqué Quentin Parrinello, porte-parole d'Oxfam France, à franceinfo. "C'est parce qu'on a décidé de mettre sur pied des plans de relance et des centaines de milliards de dollars injectés dans les marchés financiers. Et tout ce qu'on veut montrer, c'est finalement un deux poids, deux mesures dans le 'quoi qu'il en coûte', puisque ce volume d'argent, on ne le retrouve pas dans les politiques de protection des plus vulnérables, que ce soit en France ou dans les pays en développement."

"Il y a des milliardaires qui ont vu leur fortune augmenter parce que leur business était florissant", a-t-il précisé évoquant le patron d'Amazon, Jeff Bezos. "On peut aussi penser Elon Musk mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Typiquement, Bernard Arnault. On peut penser que le luxe n'a pas été particulièrement florissant en 2020. Pourtant, il a vu sa fortune augmenter de plus 40 milliards d'euros en 2020. C'est parce qu'il y a eu une intervention publique pour protéger la dégringolade des marchés financiers et aujourd'hui, il en bénéficie. Et tout l'enjeu, c'est de dire qu'on a besoin de sa contribution à l'effort public. On a besoin de taxer ces gens qui ont profité de la crise pour financer la facture du coronavirus."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Fiscalité juste"

Une option défendue par des économistes comme Thomas Piketty et Gabriel Zucman, favorable à une hausse de la fiscalité des plus riches. "La crise du corona doit marquer un tournant dans la fiscalité des personnes et des entreprises les plus riches. Elle nous offre l'occasion d'établir enfin une fiscalité juste, de mettre fin au nivellement par le bas et d'initier un nivellement par le haut. Cela peut prendre la forme d'une augmentation de l'impôt sur la fortune, de taxes sur les transactions financières et de mesures d'éradication de l'évasion fiscale", note le rapport.  

L'ONG cite en exemple l'Argentine, qui a adopté en décembre une loi instituant un impôt extraordinaire sur les grands fortunes, susceptible de rapporter quelque 3 milliards de dollars, pour financer la lutte contre les effets du Covid-19.  En France, où l'impôt sur la fortune a été supprimé en 2018, le gouvernement a exclu d'augmenter les impôts d'ici la fin du quinquennat en 2022 pour financer son coûteux plan de soutien à l'économie.  

Bâtir un nouveau modèle économique

Tout n'est pas "à jeter dans ce plan de relance et dans les mesures d'urgence, soyons clairs" concède le porte-parole d'Oxfam France. "Notamment le chômage partiel. Ça a été une bonne mesure et Oxfam a souligné dès son adoption et on peut voir à quel point l'adoption d'une mesure rapide de protection de l'emploi a été efficace", a-t-il rappelé sur franceinfo.Mais "on le voit bien, il y a des centaines de millions de personnes qui sont en train de basculer dans la pauvreté à cause de la crise et qui pourraient y rester pendant plus de dix ans, nous dit la Banque mondiale si on ne s'attaque pas aujourd'hui aux inégalités", a-t-il ajouté appelant à refonder le modèle économique pour mieux rémunérer "les métiers qui ont leur utilité sociale. Il faut qu'on mette les moyens non seulement pour réinvestir dans les services essentiels comme la santé mais aussi faire en sorte que les gens soient payés décemment, qu'on revalorise les bas salaires et les minima sociaux pour rebâtir un modèle économique qui ne bénéficie pas uniquement à une minorité, mais à une majorité de personnes."

La publication du rapport s'accompagne du lancement d'une campagne visant à dénoncer les inégalités. Oxfam France invite à détourner la devise républicaine en "liberté, inégalités, fraternité", et à la brandir devant des lieux symbolisant la République dans 10 villes de France dont Paris, Lyon et Lille.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess