Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : pas d'aides de l'Etat pour le commerce multiservices de Guipel, près de Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

Essentiels en milieu rural, les commerces multiservices ne reçoivent pas de fonds de solidarité de la part de l'Etat. Pourtant une partie de leur activité, en tant que bar-restaurant, est fermée. Une situation qui fragilise la rentabilité du "Café des possibles" à Guipel en Ille-et-Vilaine.

Damien Hascoët, co-gérant et Martin, cuisinier du Café des possibles à Guipel
Damien Hascoët, co-gérant et Martin, cuisinier du Café des possibles à Guipel © Radio France - Loïck Guellec

Les commerces multiservices ne peuvent pas prétendre au fonds de solidarité mis en place par l'Etat depuis la crise du coronavirus pour les entreprises fermées administrativement. En milieu rural, ces établissements représentent un lien social fort car ils sont à la fois épicerie mais aussi bar-restaurant. Ils organisent parfois des concerts le week-end. Comme les épiceries sont ouvertes et représentent au moins la moitié de leur chiffre d'affaires, des aides ne sont pas prévues pour les autres activités fermées.

Un café des possibles à Guipel

A Guipel (Ille-et-Vilaine), à 25 kilomètres au nord de Rennes, "Un Café des possibles" est devenu en deux ans le lieu emblématique de la commune de 1700 habitants. Mais sans aides depuis la crise du Covid, la rentabilité de cet établissement coopératif est fragilisée car les marges réalisées sur l'épicerie sont faibles. "Ces aides prennent en compte l'ensemble du commerce sachant qu'on est sous la convention collective des commerces de détail" précise Damien Hascoët, co-gérant. "Si on pouvait isoler les chiffres d'affaires de l'épicerie et celui du bar-restaurant on pourrait bénéficier du fonds de solidarité". Une somme qui peut atteindre au moins les 10.000 euros par activité.

Moins de chômage partiel

"Au Café des possibles", le chômage partiel n'est pas assuré à 100% pour les trois salariés dont deux à temps plein, il n'est que de 70% car "on est considéré comme une épicerie" déplore Damien Hascoët. Une vente à emporter de plat le midi et le vendredi soir a été mise en place mais "ce n'est que de l'argent de poche" pour le co-gérant.

Un Café des possibles, épicerie et bar-restaurant à Guipel
Un Café des possibles, épicerie et bar-restaurant à Guipel © Radio France - Loïck Guellec
Choix de la station

À venir dansDanssecondess