Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement - "Les commerçants vivent mal l'inéquité entre les métiers", le représentant des TPE en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Les entreprises vont devoir à nouveau baisser le rideau, au moins jusqu'au 1er décembre. Ce nouveau confinement annoncé le 28 octobre par Emmanuel Macron se veut malgré tout plus souple que le premier. Le point de vue de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises en Mayenne.

Raphaël Alexandre, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises en Mayenne était notre invité ce 29 octobre.
Raphaël Alexandre, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises en Mayenne était notre invité ce 29 octobre. © AFP - AFP

Les Français sont reconfinés dès ce 29 octobre minuit et au minimum, jusqu'au 1er décembre. C'est un reconfinement "adapté" a expliqué le président de la République ce 28 octobre à la télévision, malgré tout beaucoup d'entreprises vont devoir fermer. Pour en parler, notre invité est Raphaël Alexandre, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises en Mayenne. 

Il y a plus de 27.000 entreprises en Mayenne dont des milliers de TPE et PME. Ce reconfinement est un nouveau coup dur on l'imagine ? 

R.A. : "Nous pensons que cela va être compliqué pour certaines d'entre elles, pour les TPE et notamment, les très jeunes TPE qui n'ont pas eu le temps de sécuriser leur trésorerie. Nous sommes aussi inquiets de l'ampleur des dégâts psychologiques. Les commerçants, les artisans vivent mal l'inéquité entre les métiers, entre les activités essentielles et non-essentielles. On dit aux fleuristes, aux libraires, aux coiffeurs, de fermer leur boutique car leur activité est non-essentielle à l'économie de leur commune, de leur département, forcément, ils ont du mal à accepter cela". 

Quelles décisions urgentes le gouvernement doit-il prendre selon vous ? 

R.A. : "Il faut des mesures fortes et immédiates notamment pour les charges fixes, donc les loyers et  les assurances. Nous sommes dans l'attente et on va être vigilant dans les heures à venir".

Refaire un point dans 15 jours, c'est une avancée ? 

R.A. : "Le confinement est prévu pour quatre semaines, un petit point dans 15 jours, cela permettra de faire un semblant d'avancée". 

Vous êtes prêts  à faire télé-travail dans les petites entreprises ? 

R.A. : "Ce n'est pas facile, l'imposer sera difficile. Je pense qu'il faut laisser la liberté à chaque entrepreneur de gérer son entreprise en fonction de ses contraintes. C'est une possibilité donc pourquoi pas". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess