Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : fermeture à 23h dans les bars et restaurants de la Manche, les professionnels tentent de s'adapter

-
Par , France Bleu Cotentin

Les bars et restaurants de la Manche devront fermer dès 23h ce lundi 26 octobre. Le préfet de la Manche a annoncé cette mesure face à la progression de l'épidémie de Covid-19. Le taux d'incidence augmente et se rapproche de la barre des 150 cas pour 100 000 habitants qui déclenche le couvre-feu.

Il faut de nouveau tout réorganiser pour les professionnels des bars et restaurants
Il faut de nouveau tout réorganiser pour les professionnels des bars et restaurants © Radio France - Jacqueline Fardel

Les rideaux devront être baissés à 23h dès ce lundi 26 octobre dans les bars et restaurants de la Manche  Le préfet de la Manche l'a annoncé dès vendredi face à la progression de l'épidémie de Covid-19 : le taux d'incidence -le nombre de tests positifs pour 100 000 habitants - communiqué par l'Agence Régionale de Santé en fin de semaine est de 127, 7 pour 100 000 habitants. Il se rapproche donc de la barre fatidique des 150, un seuil qui déclenche le couvre-feu.

"ça fait 8 fois qu'on revoit le fonctionnement du restaurant depuis mars"

Les professionnels ne se font pas d'ailleurs pas d'illusion : cette fermeture anticipée à 23h n'est qu''une transition "douce" avant de passer à la fermeture à 21 h. Entre adaptation et incompréhension ou résignation, à Cherbourg, les professionnels et les clients, tentent de s'adapter. Et pas forcément de gaieté de cœur alors que les restaurateurs comme Sandrine Poulain, au Café du Port,  ont déjà l'impression d'avoir beaucoup donné. " Ce sont toujours les mêmes qui prennent ! On nous a dit de respecter un protocole on l'a fait. Pourquoi je fermerai alors que j'ai fait tout ce qu'on m'a demandé ? " 

Beaucoup d'établissements accusent le coup. Au Carabot dans le centre ville de Chebrourg, le responsable  du restaurant, Brice Montcuit, ferme habituellement à 1h du matin.  Une nouvelle fois pour lui et son équipe, il faut revoir toute l'organisation et tendre le dos. Il a déjà diminué de moitié le nombre de couverts, de 36 à 18.  " Si on ne fait qu'un seul service, on ne va pas y arriver. Et si c'est pour mettre un couvre feu dans un semaine, autant le faire directement. On va encore essayer de trouver de nouvelles solutions : ça fait 8 fois qu'on revoit le fonctionnement depuis le mois de mars. On va le faire une 9e fois ! " 

Sans doute du chômage partiel

Et l'emploi risque d'en pâtîr dans un établissement comme la brasserie le Commerce à Cherbourg qui assure un service jusqu'à minuit avec plus de 20 salariés. "On ne pourra pas éviter le chômage partiel "s'inquiète Alain Goubert, le responsable, il faudra revoir le fonctionnement, les horaires." 

Et si ça passe à 21h ? On ne va pas demander aux gens de venir manger à 18h ! Alain Goubert. le Commerce

"On va écouler les stocks et préparer nos clients au couvre-feu...il n'y a pas de raison qu'on y échappe "
"On va écouler les stocks et préparer nos clients au couvre-feu...il n'y a pas de raison qu'on y échappe " © Radio France - Jacqueline Fardel

Se préparer au couvre-feu

Sur la place centrale de Cherbourg, Joël aux manettes du Drifter, tente de trouver des solutions  "On va réduire nos stocks, préparer nos clients aux couvre feu parce qu'il n'y a pas de raisons qu'on y échappe. En plus on vient d'embaucher. Il va falloir passer le cap. " Lui et ses collègues vont adapter les horaires, ouvrir plus tôt, proposer d'autres produits : des crêpes, des gaufres. Le goûter plutôt que l'apéro : les clients aussi devront changer leur manière de faire. Ce ne sera pas évident pour les étudiants comme Anne-Sophie, rentrée de Lille pour les vacances 

ça me dérange un peu mais il faut ce qu'il faut, moi c'est là, dans les bars,  que j'ai attrapé le Covid. Anne-Sophie étudiante

On n'a pas le choix dit aussi Alex, à la tête d'un bar de jour sur les quais et aussi oiseau de nuit . IL veut rester optimiste. "On va se coucher plus tôt pour se lever plus tôt ! On va trouver d'autres manières de décompresser, la lecture, le sport, trouver d'autres manières de vivre. "

"Il va falloit inventer d'autres manières de faire ! "
"Il va falloit inventer d'autres manières de faire ! " © Radio France - Jacqueline FARDEL

Autre mesure face à l'épidémie de Covid 19, à partir de ce lundi, le port du masque est obligatoire dans toutes les rues de Cherbourg-en-Cotentin. Et l'étau pourrait donc se resserrer très rapidement en fonction de l'évolution du taux d'incidence dans le département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess