Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : une grande partie des tests français fabriqués en Ariège, à Verniolle

-
Par , France Bleu Occitanie

Depuis le mois de mars, le laboratoire bioMérieux de Verniolle en Ariège commercialise un de tests qui permet de savoir si on a -ou non- le Covid-19. L'entreprise s'est lancée dans l’industrialisation très rapidement et continue, malgré quelques difficultés, à produire toujours plus.

Les tests Covid 19 de bioMérieux sont réalisés à Ariège.
Les tests Covid 19 de bioMérieux sont réalisés à Ariège. © Maxppp - (illustation)

Objectif 700.000 tests diagnostiques du Covid-19 par semaine. C’est le chiffre avancé par le gouvernement la semaine passée pour préparer le déconfinement. Dans les faits pour le moment,  "250 000 sont faits par semaine par les secteurs public et privé", a précisé le président du Syndicat des biologistes. Qu’on y arrive ou pas, une très grande partie de ces tests sont fabriqués en Ariège, dans l’usine bioMérieux de Verniolle, près de Pamiers. La centaine d’employés de l’usine ariégeoise travaille en tout cas d’arrache-pied pour pouvoir en fabriquer toujours plus. 

Plusieurs centaines de milliers de tests 

Des biologistes ont été embauchés, les plages horaires de travail ont été étendues. Et depuis quelques semaines, l’usine arrive à produire plusieurs centaines de milliers de tests. Le chiffre précis reste secret comme souvent dans l’industrie pharmaceutique. Mais courant mai, la montée en charge va se poursuivre. En juin également. Une très belle performance disent les dirigeants de bioMérieux qui saluent l'engagement des équipes. 

Des test pour le Sras, Ebola... 

Pour en arriver là, aucune improvisation. Le labo de Verniolle a travaillé ces dernières années sur un test pour le Sras, pour Ebola. Et dès début janvier les biologistes ont planché sur ce test Covid-19. En mars, le test moléculaire a été validé pour la France et dans la foulée pour l’Europe. En revanche, les responsables du labo insistent : tout est complexe dans ce processus. Ils travaillent avec de la matière vivante, des processus lents et très précis qui demandent à chaque fois une validation.

Difficultés pour obtenir les matières premières 

François Lacoste est le directeur recherche et développement de l’entreprise bioMérieux de Verniolle en Ariége. Il raconte comment tout a été fait pour répondre à la demande. Mais aussi comment ce n’est pas si simple.  "C’est complexe, ça fait appel à beaucoup de matières premières biologiques, chimiques qu’il faut assembler. Avec un équilibre. On est aussi appelé à créer des matières premières. Mais, il y en a aussi qu’on se procure auprès de fournisseurs. Et tout est très tendu notamment en ce qui concerne ces fournitures". Manière de dire peut-être que l’objectif des 700.000 tests en France sera très difficile à atteindre. 

Les tests bioMérieux sont vendus aux hôpitaux, aux labos privés et au laboratoires vétérinaires départementaux chargés d’effectuer les tests. Le test de bioMérieux est un test ouvert. C'est à dire qu'il peut être utilisé sur toutes les machines de laboratoire à grande échelle.  Il est réalisable en 4 ou 5 heures. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu