Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : une trentaine de restaurateurs, gérants de bars, et soutiens manifestent à Tournon-sur-Rhône

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Devant la sous-préfecture de l'Ardèche à Tournon-sur-Rhône, ce lundi, les gérants de restaurants, bars et leurs soutiens réclament une réouverture anticipée ou, à défaut, des aides plus efficaces de la part de l'Etat.

Manifestation devant la sous-préfecture de Tournon en Ardèche
Manifestation devant la sous-préfecture de Tournon en Ardèche © Radio France - Nathalie Rodrigues

Pas de slogans, peu de bruit mais beaucoup d'inquiétude dans les rangs des manifestants devant la sous-préfecture à Tournon-sur-Rhône. Une trentaine de personnes se sont rassemblées une petit heure ce lundi en début d'après-midi à l'appel de la CPME de l'Ardèche.

Ils sont fermés jusqu'au 20 janvier au moins d'après le calendrier donné par Emmanuel Macron. Des restaurateurs estiment être en capacité d'ouvrir plus tôt en respectant les restrictions sanitaires : "on demande juste le droit de travailler" explique Sandrine Bouvier qui tient le restaurant le Bilboquet sur les quais à Tournon depuis 22 ans, "on subit cette crise de plein fouet, on a l'impression d'être vraiment les sacrifiés de cette histoire. Quand on se promène et qu'on voit le monde qu'il y a dans les grandes surfaces, ça fait mal au coeur. On aimerait retravailler le plus tôt possible, dès début janvier."

Ces gérants de cafés, bars, restaurants, piochent dans leurs trésoreries pour faire tenir leur affaire. Il y a des délais administratifs pour obtenir les aides de l'Etat : "donc on attend" constate Sandrine Faure, gérante d'un restaurant à Félines, "trois salariés, trois chômages partiels, on fait les avances, les avances sur tout." 

Plus de soutien financier, c'est ce que réclame Wilfried Vial. Il tient un bar à bières et vins à Davézieux. Il comprend la fermeture, ne demande pas une réouverture anticipée, parce que, dans un bar, les gestes barrières sont compliqués à tenir concède t'il. Mais en attendant, il vit sur son épargne : "le fond de solidarité, l'aide de 10 000 euros, c'est bien, mais ça ne couvre pas nos charges fixes et les salaires des co-gérants. En Allemagne, ils maintiennent 75% du chiffre d'affaire. Pourquoi ce n'est pas comme ça chez nous ? Alors qu'on est l'un des pays les plus taxés au monde ? On demande à être valorisés à notre juste valeur ; les chefs d'entreprises, on n'a pas droit au chômage partiel, alors qu'on cotise comme un salarié."

Le gel des hausses sur les assurances ? Pas suffisant

Ce lundi, les assureurs ont cédé face au gouvernement : il n'y aura pas de hausse de cotisations en 2021 pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Une mesure insuffisante estime Raymond Laffont. Il est restaurateur à Ozon en Ardèche, président de l'Union des Métiers et Industrie de l'Hôtellerie en Ardèche et il manifestait à Lyon ce lundi : "l'UMIH demande à ce que la perte d'exploitation des deux confinements soit prise en compte, donc qu'on arrive à un accord avec une prise en charge d'une part par les entreprises, une part par les assurances, une part par l'Etat. Ce n'est pas juste nous dire : "l'année prochaine, vous ne serez pas augmenté"...ça nous fait une belle jambe! Il faudra encore qu'on soit là l'année prochaine alors qu'on nous annonce la fermeture de 2 restaurants sur 3."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess