Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Dans la rue, on ne se demande pas si on va choper le virus mais quand"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Pas de possibilité de se confiner, pas de gants pas de masques, pour les personnes sans domicile fixe. Se protéger du virus Covid 19, c'est quasiment mission impossible explique Christian Page, 47 ans, sans domicile depuis 4 ans. Pour lui, on joue à la roulette russe avec la santé des SDF.

Un mendiant couché dans un sac de couchage dans la rue avec derrière lui ses affaires.
Un mendiant couché dans un sac de couchage dans la rue avec derrière lui ses affaires. © Radio France - Nathanael Charbonnier

Et pourtant Christian Page ne se considère pas comme le plus à plaindre. Depuis quelques mois , il est logé à l'hôtel, mais il continue de se rendre aux distributions de colis alimentaires et de repas. Il déplore qu'il n'y ait aucun matériel distribué pour se protéger du virus.

"La boutique solidarité d'Emmaüs m'a donné un masque, une amie m'a offert une boite de gants que j'ai distribués largement à mes potes qui sont à la rue. Sinon on n'a quasiment aucun moyen de protection. Quand on doit aller à une distribution de colis alimentaires, forcement il faut faire la queue, il y a des risques, on essaie de faire le maximum" affirme-t-il, précisant que "ça fait un moment  qu'on a arrêté entre nous les serrages de main, les bisous et tout ça. "
 

Clairement, pour Christian, aujourd'hui "On  ne se demande pas si on risque de chopper le Covid 19 mais quand on va  le choper/ [...] Etre dans la rue, c'est une roulette russe aujourd'hui  ."
 

"Pour obtenir une mise à l'abri, il faut être contaminé"

D'autant, souligne Christian, qu'il n'y a pas davantage d'hébergements qu'auparavant pour les mises à l'abri des SDF. "On a parlé de l'ouverture de 5000 places pour les sans-abris, mais c'est une belle  hypocrisie, c'est uniquement pour les gens qui seraient contaminés par  le virus. En fait, quelqu'un qui est sain, il reste à la rue. On lui dit de composer le 115, qui est hyper-saturé depuis  des mois."

Pour savoir si elles sont malades, les personnes sans domicile peuvent se faire prendre la température. Beaucoup d'associations caritatives ont mis en place des thermomètres, explique Christian, car ici aussi il n'y a pas de tests.

Christian raconte qu'à partir du 17 mars, les premiers jours de confinement ont été très difficiles pour les SDF : "le  premier réflexe, ça été de tout fermer, toutes les associations  d'entraide ont fermé, les bain-douches municipaux, les toilettes publiques, et bien sûr, tous les commerces, donc beaucoup de commerçants qui nous  aidaient .
D'autant que comme il n'y personne dans rue, la manche ne fonctionne plus. "Je ne pratique pas la manche, mais j'ai beaucoup d'amis qui le font et pour eux c'est bien galère... [...] aujourd'hui, ils  sont obligé de se rabattre sur les associations pour manger alors que celui qui fait la manche a généralement de quoi se payer de la nourriture. La première semaine, ça a été très difficile de trouver des distributions ouvertes. 

Progressivement, la mairie de Paris a ré-ouvert les toilettes publiques, les bains douches, les distributions alimentaires. "En règle générale ça se passe très bien, c'est le point positif, explique Christian. _"_Il y a beaucoup de  gens de la mairie de Paris, de la protection civile, et des grandes associations (Aurore , la Croix Rouge, le Secours populaire). Il y a beaucoup de monde sur le terrain pour nous aider.  Le gros point noir ça reste toujours la mise à l'abri."

Vous pouvez retrouver Christian Page sur sa page Twitter où il donne des conseils , des adresses de distribution et où il pousse aussi des coups de gueule.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu