Économie – Social

Création de 1000 postes chez Renault: les salariés du Mans entre espoir et prudence

Par Aurélien Accart, France Bleu Maine vendredi 13 février 2015 à 9:07

L'entrée de l'usine Renault au Mans
L'entrée de l'usine Renault au Mans © Aurélien Accart - Radio France

La marque au losange a annoncé jeudi le recrutement de 1000 personnes en CDI cette année, suite aux bons résultats du groupe en 2014. A l'usine Renault du Mans, cette nouvelle suscite des réactions plutôt positives, mais les intérimaires ne se font pas trop d'illusions.

La création de 1000 postes chez Renault, c'était la discussion du jour, jeudi, à la machine à café et dans les salles de pause de l'usine du Mans, un gigantesque ensemble de bâtiments situé au sud de la ville. Il faut dire que la direction avait pris le soin de distribuer des tracts dans l'usine pour faire connaître la bonne nouvelle. Dans un secteur automobile où les plans sociaux sont ces dernières années plus fréquents que les offres d'emploi, l'information a agréablement surpris les ouvriers du site manceau.

500 postes d'opérateur dans toute la France

"C'est une bonne nouvelle, note Yvan, qui arrive pour prendre son poste dans l'équipe de l'après-midi. Maintenant, il faut voir s'il s'agira bien de postes sur la chaîne (de production) et pas seulement des postes d'encadrement, mais ça va faire du bien dans les différents sites de Renault ". Comment seront réparties ces mille créations de poste dans les 8 usines françaises du groupe au losange? Au siège de Renault on assure que les décisions n'ont pas encore été prise "à ce niveau de détail ". Ce que le groupe veut bien dire, en revanche, c'est que la moitié des postes seront des postes d'opérateurs.

C'est clair que ça redonne le sourire

Voilà qui intéresse particulièrement les intérimaires. Au Mans, ils sont en moyenne 215, pour compléter les 1800 salariés qui fabriquent des châssis pour toute la gamme du constructeur automobile tricolore . Et certains enchaînent des contrats depuis des années, sans avoir le souvenir d'une embauche en CDI. "Le CDI en France, ça n'existe plus! Moi je n'y crois pas" , affirme un ouvrier qui ne souhaite pas donner son prénom, et qui multiplie surtout les contrats en intérim depuis 5 ans. Pour lui, "même s'ils embauchent bien comme ils le promettent, ça ne fera que peu de chances d'être pris" .

La création de 1000 postes en CDI, c'était la discussion du jour à la machine à café chez Renault

D'autres ont en revanche le sourire. "C'est clair que ça redonne le sourire, note Louis David, un soudeur lui aussi en intérim chez Renault. On sait que tout le monde va avoir une chance de décrocher un CDI, et dans l'industrie automobile, c'est pas tous les jours en ce moment!"

Pas d'enthousiasme exagéré chez les intérimaires

La grande majorité des ouvriers que nous interrogeons, à l'entrée de l'usine du Mans, ne veut pas se réjouir trop vite. "On a accepté de faire beaucoup d'efforts ces dernières années, on a des temps de pause réduits, la cadence des machines a été augmentée... Et franchement ce n'est pas l'activité qui manque. Quand on voit le nombre d'intérimaires, on est pas étonnés qu'ils doivent recruter. Mais il faudrait plus d'embauches encore. "

C'est aussi ce que dit la CGT. Le syndicat est majoritaire sur le site. Il se réjouit de cette annonce, mais parle d'un "paradoxe" . Car un plan de non renouvellement des départs est à l'oeuvre chez Renault jusqu'en 2016. Le groupe vise 8000 départs. Il y en a déjà eu près de 3800. "Et on n'est plus assez nombreux, il faut voir les cadences dans les ateliers. On sent bien que ça grogne de plus en plus" , atteste Patrice Ragot, un délégué syndical CGT du site.

Pour la CGT, un effet d'annonce

Selon lui, on peut s'attendre à une cinquantaine de créations de poste dans chacune des usines du groupe. Un chiffre à rapporter aux 45 embauches promises au Mans en 2014, et qui n'ont toujours pas eu lieu. "Ce n'est peut-être pas un hasard si Renault annonce ça à la veille d'un mouvement de grève, ajoute Patrice Ragot. C'est une façon de calmer un peu la grogne sur les salaires, qui sont quasiment gelés depuis 2013."

Un mouvement de grève que la CGT a décidé de maintenir, dans toute la France, à l'occasion des négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires. Ce vendredi, en attendant les 1000 créations de postes, le syndicat appelle les salariés à se regrouper à 12h30 devant l'entrée principale de l'usine

REPORTAGE - A l'usine Renault du Mans, la nouvelle suscite beaucoup d'espoir