Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Crise du BTP : l'entreprise familiale du député savoyard Patrick Mignola placée en redressement judiciaire

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

ENTRETIEN - Inquiétude chez les 140 employés de Mignola Carrelage. Depuis le 14 octobre, l'entreprise emblématique de Savoie, présente également à Lyon, est en redressement judiciaire.

Patrick Mignola
Patrick Mignola © Maxppp - Maxppp

Avec un carnet de commandes de 32 millions d'euros il y a un an pile, c'était le plus gros carnet de toute l'histoire de l'entreprise familiale, Mignola se préparait à un avenir radieux. Mais en décembre, les trois plus gros chantiers sont décalés : un centre commercial à Nice et les piscines de Chambéry et de Vitry-sur-Seine. Conséquences : problèmes de trésorerie, chômage technique depuis le début 2019, perte de deux millions d'euros en une année. Pour éviter la faillite, Patrick Mignola n'a pas eu le choix : redressement judiciaire.

"Ce ne sont pas les salariés qui sont en cause. Plus de 60.000 entreprises du BTP sont en difficulté en France" - Patrick Mignola, député de la savoie (Modem), président du groupe Modem à l'Assemblée nationale

Il y aurait trois repreneurs qui ont approché l'un des fleurons de l'économie savoyarde. Ils ont jusqu'au 15 novembre pour déposer leur offre. Le tribunal de commerce de Chambéry statuera le 2 décembre.

Patrick Mignola se dit prêt à laisser les rênes. Le savoir-faire n'est pas en cause, selon lui. Mignola est impliqué dans 80 chantiers en ce moment. Son carnet de commande est toujours bien rempli.  La deuxième société française spécialisée dans le carrelage est un colosse aux pieds d'argile.

"On ne met pas suffisamment d'argent dans le travail de la main" - Patrick Mignola, député de la savoie (Modem), président du groupe Modem à l'Assemblée nationale

France Bleu Pays de Savoie : Ce placement en redressement judiciaire, c'est un coup dur pour votre entreprise familiale... 

Patrick Mignola : Ce ne sont pas les salariés qui sont en cause. Leur savoir-faire est reconnu. C'est la faute à de très lourds retards de chantiers, les plus gros de l'année. Cela nous a conduit à une impasse de trésorerie. Et plutôt que de s'entêter et de risquer la liquidation, on a pris la décision de nous placer en redressement et de nous ouvrir à des repreneurs ou des investisseurs qui permettront à l'entreprise de continuer. 

On ne comprend pas très bien ce qui se passe, parce qu'il y a quand même beaucoup de mises en chantier en pays de Savoie, encore plus en Auvergne-Rhône-Alpes...

Vous avez tout à fait raison, c'est complètement paradoxal. En dix ans, les entreprises du second oeuvre ont vu leurs prix baisser de 10 %. Toutes les entreprises sont très fragiles. Plus de 60.000 en France sont en difficulté financière. Des dizaines en Savoie. Et pourtant, vous le disiez, l'immobilier n'a jamais été aussi florissant. Il n'y a jamais eu autant de projets, mais la chaîne de valeur est très déséquilibrée. On met beaucoup trop d'argent dans l'achat des terrains, avec des spéculations foncières qui n'ont jamais atteint de tels niveaux. On met beaucoup d'argent dans la préparation, dans le montage des opérations et pas suffisamment dans le travail de la main. 

Quand on voit qu'un député proche de la majorité au pouvoir ne parvient à sauver sa boîte, on se dit que la France est mal embarquée, non ?

Vous pouvez faire un rapprochement politique si vous voulez. D'ailleurs, on ne parlerait pas autant de "Mignola Carrelage" si le patron n'était pas député. J'ai beaucoup travaillé sur des textes économiques et sociaux à l'Assemblée Nationale, je connais mieux que quiconque les difficultés des entreprises françaises. Il y a encore sacrément du boulot pour sortir de cette situation. Mais je ne mélange pas les casquettes. Ce n'est pas le député qui sauvera la boîte, c'est Patrick Mignola aux côtés de ses employés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu