Économie – Social

Crise du lait : la coopérative Terra Lacta va s'aligner sur les nouveaux tarifs de Lactalis

Par Quentin Chillou, France Bleu Poitou mercredi 31 août 2016 à 14:48

Les agriculteurs manifestent dans Poitiers (PHOTO D'ARCHIVE)
Les agriculteurs manifestent dans Poitiers (PHOTO D'ARCHIVE) © Radio France - Quentin Chillou

Suite à l'accord trouvé entre Lactalis et ses producteurs de lait à Laval, la coopérative Terra Lacta, l'une des deux majoritaires dans le Poitou, va augmenter de 20 euros son prix d'achat de la tonne de lait pour la fin de l'année.

Face à la pression et la détresse de ses producteurs de lait, Lactalis a décidé d'augmenter son prix d'achat. En moyenne sur l'année 2016, la tonne de lait sera donc achetée 275 euros par le géant de la transformation laitière.

Dans le Poitou, Lactalis est très peu présent. Les deux coopératives majoritaires, Eurial Poitouraine et Terra Lacta,  achètent la tonne de lait entre 270 et 275 euros en ce moment. Tarif qui devrait augmenter également nous explique Alain Lebret, président de Terra Lacta : "il est certains que l'accord entre Lactalis et ses producteurs impacte toute la filière, ça va conduire tous les acteurs à faire un maximum d'effort pour atteindre un prix moyen annuel de 275 euros".

L'objectif est un prix moyen annuel au moins équivalent à celui de Lactalis. > > Alain Lebret, président de la coopérative Terra Lacta.

L'augmentation des tarifs dans les prochains jours pour les 2.000 producteurs de lait de Terra Lacta en Poitou-Charentes sera donc d'une vingtaine d'euros à la tonne, de manière à compenser les prix très bas du début de l'année.

Alain Lebret rappelle que si les prix sont "anormalement bas", c'est notamment à cause de l'embargo russe, mais aussi de la baisse des commandes depuis la Chine, et surtout de la surproduction générale de lait en Europe.

On assiste toutefois à "une inversion favorable" du cours du lait, c'est pourquoi les éleveurs "demandent d'anticiper un peu ces améliorations" en augmentant les prix.

Alain Lebret : "l'accord impacte toute la filière".

En revanche, la coopérative Eurial n'augmentera pas ses tarifs, ses prix se situant déjà à une moyenne annuelle de 275 euros.

Partager sur :