Économie – Social

Crise du lait : les producteurs du Poitou préfèrent temporiser

Par Quentin Chillou, France Bleu Poitou lundi 29 août 2016 à 17:41

Les agriculteurs en colère à Poitiers
Les agriculteurs en colère à Poitiers © Radio France

Alors qu'en Mayenne, la grogne des agriculteurs ne cesse de monter contre le géant du lait Lactalis, les producteurs de lait poitevin se font discrets. Lactalis est minoritaire sur le marché laitier poitevin, et les prix d'achat sont légèrement plus élevés.

Après l'échec des deux sessions de négociation sur l'augmentation du prix du lait, la mobilisation des agriculteurs continue en Mayenne. Depuis ce mardi après-midi, la FNSEA entreprend des actions de blocage et de sensibilisation dans tout le pays, notamment autour de 15 sites de Lactalis.

Dans le Poitou, les producteurs qui travaillent avec le géant de la transformation laitière sont minoritaires (1 sur 7 environ) : les deux principales coopératives, Eurial et Terra Lacta, achètent le lait 20 euros plus cher à la tonne, soit environ 270 euros. "C'est un léger avantage, mais qui ne nous donne que 3 mois de survis par rapport aux autres. La situation reste gravissime", confie un des 200 producteurs laitiers de la Vienne, Damien Masseron.

Dans les Deux Sèvres, la situation semble plus tendue. Le département compte 500 éleveurs, dont 10% travaillent avec Lactalis. "Ici, un producteur sur 4 est au bord du dépôt de bilan", explique Alain Chabeauty, président de la FDSEA 79. Le syndicat décidera mercredi dans la journée d'éventuelles actions à menée contre Lactalis, les coopératives laitières ou même dans les grandes et moyennes surfaces.

Selon la FNSEA, pour que le lait de vache soit rentable pour les éleveurs, il faudrait qu'il s'échange contre 300 euros la tonne minimum. Ce chiffre devrait monter à 330 euros pour pouvoir pérenniser les exploitations.

Explications de Quentin Chillou

Partager sur :