Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Crise du porc : la Cooperl absente jeudi au marché au cadran

mercredi 12 août 2015 à 11:09 Par Johan Moison, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

La Cooperl, premier industriel du porc en France, sera absent du marché breton dit ce matin son président Patrice Drillet. Dans un communiqué, la coopérative explique qu'elle se replie sur la seule valorisation des porcs de ses adhérents sans autre achat de porcs.

porcherie cochons agriculture
porcherie cochons agriculture © IP3 PRESS/MAXPPP

Avec la nouvelle absence de la Cooperl, la tension risque d'être à son comble demain jeudi au marché au cadran de Plérin.

Le premier industriel français suspend ses achats au Marché au cadran de Plérin, c'est pour "assurer sa pérennité et celle de ses éleveurs adhérents".

Et la Cooperl rappelle qu'elle est une coopérative sans autres actionnaires que des éleveurs de porcs adhérents, ils sont 2700 issus du grand ouest de la France. "Le destin de la Cooperl est lié à celui de ses éleveurs et réciproquement" , peut-on lire dans le communiqué.La coopérative précise qu'elle achète et abat 110 000 porcs chaque semaine : 100 000 proviennent de ses adhérents, seulement 10 000 du marché du Porc Breton. C’est ce volume qualifié de "marginal" qui n’est plus acheté par la Cooperl et elle n’achète pas de porcs à l’étranger.La coopérative explique qu'elle "augmente ses pertes à chaque fois qu’elle achète au Marché au cadran."

Elle se replie sur elle même pour dit-elle : "ne pas se retrouver dans une situation économique catastrophique et y entrainer ses adhérents et ses 5 000 salariés". A l'export la situation est intenable, "avec le prix d’1€40 éxigé par l’Etat français, 0,28€ séparent aujourd’hui le cours français du cours allemand, 0,38€ du cours hollandais..." précise la ccopérative.Les adhérents "ne peuvent pas financer un cours «politique » pour soutenir la production porcine française" écrit encore la Cooperl qui dit attendre "des solutions réelles aux problèmes" de la filière.