Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise sanitaire : cumuler chômage partiel et intérim, une pratique qui a le vent en poupe dans le Nord-Vendée

-
Par , France Bleu Loire Océan

Cumuler chômage partiel et intérim est possible; encore faut-il le savoir ! Avec la crise sanitaire, de plus en plus de salariés en chômage partiel poussent les portes des agences d'intérim. Un phénomène qui intéresse les entreprises, notamment dans le sud de la Loire-Atlantique et le Nord-Vendée.

Dans le sud de la Loire-Atlantique et dans le nord Vendée, les entreprises sollicitent fortement les agences d'intérim pour trouver des candidats.
Dans le sud de la Loire-Atlantique et dans le nord Vendée, les entreprises sollicitent fortement les agences d'intérim pour trouver des candidats. © Radio France - Sarah Mansoura

Peu le savent, et c'est bien pour cela que les entreprises spécialisées dans l'intérim tentent de communiquer sur le sujet. Les salariés en chômage partiel, dont le nombre a fortement augmenté avec la crise sanitaire, peuvent travailler en intérim. Ils sont nombreux à se présenter dans les agences spécialisées.  

Un cumul possible, encore faut-il le savoir

Patricia Josse, responsable des agences de Clisson (Loire-Atlantique), Boufféré et Vallet (Vendée) chez Manpower, l'a bien remarqué : "On a vu une forte accélération dans les dernières semaines", confirme-t-elle. "Un grand nombre de personnes au chômage partiel, du fait de la crise sanitaire, viennent demander à travailler". Dont beaucoup de salariés dans la restauration, l'événementiel, ou les étudiants. 

Dans le sud de la Loire-Atlantique et dans le nord de la Vendée, nous sommes un secteur en forte tension - Patricia Josse, resposable d'agence chez Manpower

Car cumuler le chômage partiel et la perception des indemnités qui vont avec (84% du salaire), est possible, avec deux conditions. Il faut obtenir l'accord de son employeur, et ne pas travailler chez la concurrence. Peu de salariés le savent, déplore Patricia Josse. "C'est pour cela que l'on tente de communiquer là dessus en ce moment, car dans le sud de la Loire-Atlantique et dans le nord de la Vendée, nous sommes un secteur en forte tension, et les entreprises ont énormément de besoins", ajoute-t-elle. 

Les entreprises aussi en ont besoin

Marine, coach sportive, s'est retrouvée fin octobre au chômage partiel, avec la fermeture des salles de fitness. Et ces confinements successifs ont fini par lui peser. Pour compléter ses revenus en baisse, mais surtout pour garder un certain lien social, elle a frappé aux portes d'une agence d'intérim, pour devenir ouvrière agroalimentaire. "Cela n'a rien à voir, c'est sûr, je travaille à l'usine chez Sodebo, au conditionnement. Cela ne me pose aucun problème, bien au contraire, c'est un travail comme un autre", commente la jeune femme de 29 ans. "Quand on voit les besoins des entreprises, on se dit qu'il faudrait que plus de salariés sachent que c'est possible de venir travailler pour de courtes périodes, comme moi".

Et les besoins, sont nombreux dans le secteur : "principalement dans la logistique, la parapharmacie, l'agroalimentaire, et la menuiserie industrielle", détaille Patricia Josse. "D'ailleurs, un certain nombre de ces entreprises proposent aux candidats des postes en CDI à la fin de leurs missions en intérim"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess