Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Crise sociale en Guyane : nos voisins européens font-ils mieux avec leurs Outre-mer ?

mardi 28 mars 2017 à 22:31 Par Olivia Cohen, France Bleu

Mobilisation inédite en Guyane : 10.000 habitants se sont rassemblés ce mardi, après le lancement d'une "grève générale illimitée" ce lundi pour réclamer un plan d'investissement massif pour la région, jugée délaissée par l'Hexagone. Est-ce que nos voisins européens font mieux avec leurs Outre-mer ?

10.000 Guyanais se sont rassemblés ce mardi pour réclamer un plan d'investissement massif
10.000 Guyanais se sont rassemblés ce mardi pour réclamer un plan d'investissement massif © Maxppp -

Europe, Paris, France

Manifestation historique en Guyane : plus de 10.000 habitants se sont rassemblés ce mardi à Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni, après le lancement d'une "grève générale illimitée" ce lundi. Le collectif à l'origine de la mobilisation, baptisé "pour que la Guyane décolle", n'est toujours pas disposé à rencontrer la délégation interministérielle arrivée ce samedi 25 février. Ils réclament une entrevue avec la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, et un plan d'investissement massif dans la région, selon eux délaissée par l'Hexagone. Nos voisins européens sont-ils de meilleurs élèves en la matière ?

À ÉCOUTER : Tous Européens | Les rapports de l'UE avec les Outre-mer

C'est quoi les Outre-mer ?

Tous les Outre-mer ne pas tous membres de l'Union européenne. Deux appellations existent : les "pays et territoire d’outre-mer", au nombre de 26, sont simplement associés à l’Union européenne au nom des relations particulières qu’ils entretiennent avec un État membre, comprenez "une histoire commune via un empire colonial".

Autre appellation : les "RUP", régions ultra-périphériques, c'est-à-dire éloignées géographiquement du continent européen, mais qui font partie intégrante de son territoire et sont donc soumises au droit européen et à l'espace Schengen. Pour l’Espagne, il s’agit des îles Canaries. Pour le Portugal, il s’agit des Açores et Madère. Pour la France, il s’agit d'une partie des Antilles, Guadeloupe et Martinique, de la Guyane, Mayotte, la Réunion et la partie française de Saint-Martin.

À VOIR : Un weddoc sur l'Europe et les pays et territoires d'Outre-mer

Alors, est-ce que ces régions sont plus mal traitées que les autres ? En tout cas, elles ont de nombreux problèmes communs :

  • Le chômage y est élevé : la Réunion est la région française où le taux est le important, à hauteur de 30% de la population ; du côté de Madère, le chômage sévit à hauteur de 19% de la population, mais il est plus élevé que dans la péninsule portugaise, où il s'élève à 15,3%.
  • Beaucoup de ces RUP n'ont pas le choix et misent avant tout sur leurs paysages paradisiaques pour développer leur économie : le tourisme est la principale activité économique des îles Canaries avec près de 5 millions de visiteurs par an en 2012, majoritairement Espagnols, Anglais, Irlandais et Allemands. En Martinique, on est loin de ce score avec 800.000 visiteurs entre novembre 2016 et mars 2017. Pourtant, le tourisme se porte bien, puisque le taux de fréquentation a augmenté de 9% par rapport à la saison précédente.

Finalement, les revendication des Guyanais sont représentatives de la situation des Outre-mers : les infrastructures doivent être remises à niveau et le pouvoir d'achat revalorisé. En Guyane, il est 50% inférieur à celui l'Hexagone.

Des budgets européens spéciaux pour les Outre-mer

Pourtant, l'Union européenne dispose de politiques spécialement adaptées aux Outre-mer. Ces régions ultrapériphériques bénéficient de fonds spéciaux européens : 6,6 milliards d’euros en tout sur la période 2014-2020 pour investir dans les entreprises locales.

Concernant l'agriculture, des programmes dédiés aux Outre-mer proposent un soutien financier à hauteur de 278 millions d’euros pour la France, 268 millions pour l’Espagne et 106 millions pour le Portugal. Le but, c'est à la fois de développer l'agriculture locale et d'alléger les coûts en approvisionnement de produits de première nécessité.

Ce n'est pas l'Europe qui pourra satisfaire les demandes des Guyanais, qui réclament plus de sécurité et d'éducation : tout cela est du ressort de l'Etat. Certains candidats à la présidentielle française l'ont bien compris et on déjà dégainé : Emmanuel Macron promet d'investir un milliard d'euros et Benoît Hamon 2,5 milliards d'euros en cinq ans dans le développement des infrastructures, notamment le transport.