Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cristallerie Baccarat : "Les embauches viendront" affirme la direction

mardi 26 juin 2018 à 8:16 Par Laurent Watrin, France Bleu Sud Lorraine

Dans un entretien à France Bleu Sud Lorraine, la directrice générale de la cristallerie Baccarat en Meurthe-et-Moselle confirme les priorités stratégiques du nouvel actionnaire chinois. En cinq questions-réponses, Daniela Riccardi évoque l'avenir et les embauches possibles.

Au commande de la direction générale de Baccarat SA depuis 2013, Daniela Riccardi et ses équipes sont confirmées dans leurs fonctions par le nouvel actionnaire chinois, Fortune Fountain Capital.
Au commande de la direction générale de Baccarat SA depuis 2013, Daniela Riccardi et ses équipes sont confirmées dans leurs fonctions par le nouvel actionnaire chinois, Fortune Fountain Capital. © Maxppp - Alexandre Marchi

Baccarat, France

C'est officiel depuis le 21 juin : la cristallerie Baccarat, dont le siège se trouve en Meurthe-et-Moselle, est rachetée par le fonds chinois Fortune Fountain Capital (FFC). La directrice générale de la société de luxe, Daniela Riccardi, est confirmée à la tête de la société. Elle s'exprime, sur France Bleu Lorraine, sur les perspectives d'avenir de la cristallerie créée au XVIIIe siècle.

Quelles sont les priorités réaffirmées par le nouvel actionnaire chinois de Baccarat ?

La confirmation de l'équipe dirigeante est déjà une bonne nouvelle. C'était prévu ainsi. C'est avec plaisir que je continue l'aventure avec Baccarat. Cela valide le travail de ces dernières années pour préparer une extension de la marque dans le monde. Car le réseau de distribution est très contenu, aujourd'hui, par rapport aux autres marques de luxe. On a donc défini des priorités géographiques pour installer des boutiques de détail : d'abord les Etats-Unis, où Baccarat est très peu présente ; et puis la Chine et l'Asie. Nous avons aujourd'hui des boutiques à Pékin et Shanghaï, mais le développement de commerces de détail, gérés directement par le groupe Baccarat, peut se faire dans le reste de la Chine. Nous visons aussi Singapour et la Malaisie. 

La production "faite main" et le savoir-faire local font-ils partie de la stratégie ?

Oui, tout à fait. Je dirais que c'est la raison principale pour laquelle Fortune Fountain Capital [le nouvel actionnaire] a acheté Baccarat. Préserver le patrimoine, le savoir-faire et soutenir l'héritage de la cristallerie sont prioritaires. Les actionnaires sont venus plusieurs fois à la manufacture, pour le dire aux employés et aux élus du personnel.

La création d'une "école de formation Baccarat", souhaitée par les syndicats, est-elle envisageable ? 

Nous avons déjà cela en interne, dans la pratique, même si cela ne s'appelle pas "école". Le programme de formation à l'interne fait partie des priorités. Tous les ans, nous avons des jeunes qui participent au concours du meilleur ouvrier de France. Nous avons aussi un programme avec les apprentis. Les syndicats souhaitent formaliser tout ça... Peut-être... Mais le plus important, pour nous, c'est que tous les salariés, et surtout les meilleurs ouvriers de France, s'assurent de la formation des jeunes. Nous sommes très vigilants et attentifs sur ce sujet. 

L'entreprise emploierait trop d'intérimaires selon l'expert conseil du CCE. Quel est votre avis ? 

C'est un sujet que nous discutons régulièrement avec l'expert, Didier Guyot, et les élus du personnel évidemment. Moi, je regarde le recours aux intérimaires comme quelque chose de positif, parce que c'est une manière de choisir et de voir les gens au travail. Donc, on embauche des intérimaires, parfois on les cherche dans des domaines où c'est difficile de trouver des compétences. Ensuite, on vérifie la qualité du travail, et l'enthousiasme à faire ce métier aussi, ce qui n'est pas toujours évident ! Et il se trouve que tous les excellents intérimaires ont été embauchés ces dernières années. Enfin, l'intérim permet de répondre aux "pics de production" saisonniers. Mais le recours à l'intérim n'est pas une stratégie en soi chez Baccarat. 

Des emplois seront-ils créés à Baccarat si la marque se développe comme vous l'envisagez ?

Evidemment ! Je pars toujours du principe qu'il faut assurer la qualité et la quantité de travail, avant. Mais les embauches viendront avec. La manufacture restera à Baccarat, avec des gens de Baccarat, donc, au fur et à mesure que les projets avanceront et que les talents disponibles seront révélés, il y aura une mise en pratique de la stratégie de développement avec des embauches. 

Coco Chu, nouvelle propriétaire de la cristallerie de Baccarat, devant un lustre produit par la manufacture de luxe, lors de sa visite en Lorraine en juillet 2017. - Radio France
Coco Chu, nouvelle propriétaire de la cristallerie de Baccarat, devant un lustre produit par la manufacture de luxe, lors de sa visite en Lorraine en juillet 2017. © Radio France - Thierry Colin