Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crolles : des salariés de Teisseire en grève pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Une trentaine de salariés chez Teisseire ont cessé le travail selon la direction, depuis jeudi 8 avril à Crolles (Isère). Le mouvement reconductible vise à dénoncer la dégradation des conditions de travail sur le site de production de sirops.

Crolles : des salariés de Teisseire en grève depuis jeudi 8 avril pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail
Crolles : des salariés de Teisseire en grève depuis jeudi 8 avril pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail © Radio France - Denis Souilla

L'usine Teisseire à Crolles (Isère) est en grève depuis le jeudi 8 avril. Une trentaine de salariés ont cessé le travail, selon la direction. Cette grève reconductible, à l'appel de la CGT, vise à dénoncer un climat social "déplorable", une "défiance", selon certains employés du fabricant de sirops du Grésivaudan. "On a des départs à la retraite qui ne sont pas remplacés, on a des accidents du travail qui sont contestés auprès de l'Assurance maladie même s'ils sont justifiés", explique Fathi Ghiloufi, délégué syndical CGT chez Teisseire à Crolles. Les conditions de travail deviennent "anxiogènes", nous expliquent des salariés rassemblés mercredi matin devant l'entrée de l'usine du Grésivaudan.

Fathi Ghiloufi, délégué syndical CGT chez Teisseire à Crolles

Une affaire privée qui a mis le feu aux poudres

C'est en fait une affaire purement privée qui a déclenché cette grève, "une goutte d'eau qui a fait déborder le vase" selon Fathi Ghiloufi. C'est une affaire de vol dans une salle de sport, donc hors de l'usine, dans laquelle est impliquée une employée, qui a tout fait basculer. "Les procédures disciplinaires sont toujours en cours" précise la direction. Deux entretiens préalables avant sanction voire licenciement sont prévus par la direction de l'entreprise. C'est "inacceptable" explique Florent Duc, secrétaire du CSE à Teisseire. "Il y a une part de responsabilité de la direction. On a une nouvelle direction générale qui est problématique."

Des postes en moins

Cette tension sociale chez Teisseire vient en grande partie de la baisse de la masse salariale. "Pour le même boulot, on a moins d'effectifs. On a aussi des réorganisations dans les services. On recoupe d'anciens postes et on les regroupe dans des nouvelles fiches de postes", explique Fathi Ghiloufi, délégué CGT. Florent Duc insiste : "on a des départs en retraite qui ne sont pas remplacés alors que la production reste stable." Une grande partie des salariés de Teisseire s'étaient déjà mis en grève en janvier 2020 pour dénoncer un projet de suppression de 32 postes.

Crolles : des salariés de Teisseire en grève depuis jeudi 8 avril pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail
Crolles : des salariés de Teisseire en grève depuis jeudi 8 avril pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail © Radio France - Denis Souilla

Des bâtiments vieillissants et la crainte d'une délocalisation

Outre des postes en moins, des salariés ne cachent pas leur inquiétude. Teisseire, qui a fêté ses 300 ans d'existence en 2020, n'investit pas dans ces bâtiments sur son site historique à Crolles. "On ne remet pas en question l'investissement technique mais sur le bâtiment on n'a pas ou très peu d'investissements. Une entreprise tricentenaire, numéro un mondial du sirop, c'est inacceptable qu'elle ne mette pas d'argent pour son bâtiment et qu'elle ne mise pas sur ses employés. Nous, ce qu'on craint, c'est qu'il y ait de la délocalisation." 

De son côté la direction du sité isérois précise qu'"aucun projet de décolcalisation n'existe, cela n'a jamais été évoqué". De plus, côté investissements, la direction précise qu'une "évaluation des capacités d'innovation du site" a été lancée lors d'un CSE le 30 mars 2021. Près de 300 personnes travaillent chez Teisseire à Crolles. Les représentants syndicaux parlent aujourd'hui de cas de risques psychosociaux chez certains salariés.

Crolles : des salariés de Teisseire en grève pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail
Crolles : des salariés de Teisseire en grève pour dénoncer la dégradation de leur conditions de travail © Radio France - Denis Souilla
Choix de la station

À venir dansDanssecondess