Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le magazine Sparse lance une campagne de soutien participatif pour sortir de l'ornière

-
Par , France Bleu Bourgogne

Né en 2012, Sparse traverse une zone de turbulence ! Le magazine culturel, distribué gratuitement dans 650 bars, restaurants, commerces, espaces culturels et lieux de concerts de Bourgogne-Franche-Comté connaît des difficultés financières à cause de la crise sanitaire.

Pierre-Olivier Bobo   Fondateur‎ et directeur ‎• Sparse Média
Pierre-Olivier Bobo Fondateur‎ et directeur ‎• Sparse Média © Radio France - Thomas Nougaillon

Sparse compte bien sortir de l'ornière ! Le magazine culturel, né en 2012 et distribué gratuitement dans l'ensemble des départements de la région Bourgogne-Franche-Comté connaît des difficultés financières depuis quelques mois. Il manque plus de 20 000 euros dans les caisses. 

Une campagne de soutien participatif

Pour se tirer de ce mauvais pas, Sparse, a lancé une grande campagne de soutien sur le site "HelloAsso" et propose un numéro spécial en ligne. Pierre-Olivier Bobo, le fondateur et directeur de publication du magazine est l'invité de notre Relance Éco ce jeudi.

"C'est la crise sanitaire qui nous a impacté"

France Bleu Bourgogne : Pierre-Olivier Bobo, expliquez-nous d'où viennent les difficultés financières du magazine Sparse ?

Pierre-Olivier Bobo : C'est la crise sanitaire qui nous a bien impactée nous aussi. Nous n'avons pas pu sortir de magazine papier au mois de juin. Parce que les lieux qui accueillaient le magazine et permettaient de le diffuser étaient fermés ou ne le prenaient plus. Donc impossible de le diffuser. Par ailleurs nos partenaires publicitaires qui financent le magazine ne pouvaient pas suivre. Donc en juin il était impossible de payer la fabrication et la diffusion de Sparse. 

Le magazine culturel gratuit de Bourgogne-Franche-Comté
Le magazine culturel gratuit de Bourgogne-Franche-Comté © Radio France - Thomas Nougaillon

Plus de 20 000 euros en moins dans les caisses

FBB : Combien avez-vous perdu d'argent précisément avec la covid ?

POB : Depuis le mois de mars je dirais que ce sont 20 à 25 000 euros de rentrée d'argent qui ne nous est pas parvenue. Sur un budget d'un peu plus de 100 000 euros à l'année cela représente une somme importante. 

"Deux salariés à temps plein pour faire tourner la boutique"

FBB : La société Sparse emploie deux salariés, arrivez-vous à vous payer, parvenez-vous à dégager malgré tout des revenus ?

POB : On a fait deux mois et demi de chômage partiel pendant le confinement. On était complètement à l'arrêt. Mais là depuis le début de l'été nous sommes revenus à temps plein. On est de nouveau au bureau. Et nous sommes deux salariés temps plein rémunérés pour faire tourner la boutique.

Chablis Winston, rédacteur en chef
Chablis Winston, rédacteur en chef © Radio France - Thomas Nougaillon

On espère que l'activité culturelle va repartir

FBB : La souscription que vous avez lancé porte sur 10 000 euros. Cela semble "une paille" pour relancer la machine Sparse ?

POB : C'est sûr qu'il nous faudrait plus pour être sûr de pouvoir continuer. Mais 10 000 euros c'est déjà bien. C'est à peu près la somme que l'on avait budgété. Cela représente un manque à gagner sur un mois d'activité classique. Si on arrive à réunir cette somme ce sera bien. Cela permettra de voir venir durant les prochains mois. Et on espère également que l'activité culturelle va repartir pour que l'on puisse continuer de travailler avec les lieux de culture.

L'avis d'Antoine Gauthier, alias "Châblis Winston", rédacteur en chef de Sparse au sujet de ces difficultés financières.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On espère continuer à faire un magazine papier"

FBB : Si jamais vous ne parveniez pas à réunir cette somme, cela veut dire que vous serez condamnés à ne paraître que sur internet ou bien que la société Sparse sera définitivement liquidée ?

POB : Non, si cela ne fonctionne pas on va essayer de trouver d'autres solutions mais quoiqu'il en soit on espère continuer à faire un magazine papier parce qu'on trouve ça chouette.

Ce mercredi 26 août 2020, cette campagne de financement participatif avait permis de récolter 7 410 euros, soit 74% de la somme. Habituellement Sparse est tiré à 10 000 exemplaires, il sort tous les trois mois. Au départ de l'aventure seuls 1 500 exemplaires paraissaient. La covid-19 a bloqué cette progression. L'équipe de Sparse compte bien surmonter cet obstacle.

Pierre-Olivier Bobo, invité de la Relance Eco

La Relance Éco de France Bleu Bourgogne est à écouter ce jeudi 27 août 2020 à 7h15 et 8h41 (98.3 ou 103.7). Vous pouvez également cliquer sur le lien ci dessus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess