Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cyberattaque : "Quand on reçoit des mails suspects, il faut être extrêmement paranoïaque"

lundi 15 mai 2017 à 10:24 - Mis à jour le lundi 15 mai 2017 à 12:29 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les usines Renault ont pu reprendre leurs activités lundi, trois jours après avoir été touchées par la cyberattaque qui a frappé 150 pays vendredi. Mais "des répliques" sont attendues prévient l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'informations (Anssi) qui met en garde les salariés.

La cyberattaque qui a frappé 150 pays pour l'Anssi à rappeler des conseils de prévention
La cyberattaque qui a frappé 150 pays pour l'Anssi à rappeler des conseils de prévention © Maxppp - Marlene Awaad

La cyberattaque qui a touché au moins 150 pays vendredi a perturbé le fonctionnement de beaucoup d'entreprises, comme par exemple en France Renault. Le constructeur automobile a annoncé lundi matin que tous ses sites ont pu redémarrer à l'exception de Douai. Mais cette infection des systèmes informatiques par un logiciel de rançon (les détails de cette attaque sont à lire ici) a fait d'autres victimes en France et il faut s'attendre à des "répliques régulières" dans les jours qui viennent, a affirmé lundi sur France Inter Guillaume Popart. Le directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'informations (Anssi) met également en garde les salariés et rappelle des conseils préventifs, même si "moins d'une dizaine" d'entreprises françaises ont été victimes de cette attaque.

Expéditeur inconnu : danger

Il ne faut "pas vraiment" redouter un "cyberchaos", selon Guillaume Poupart. "Par contre, il y a quand même pas mal de victimes et c'est vraiment l'occasion de repasser des messages de prudence et de prévention sur cette question de sécurité informatique", et notamment au sujet des mails reçus dans les boîtes professionnelles des salariés. Ne pas ouvrir de mails d'expéditeur inconnu, mais surtout ne jamais ouvrir les pièces jointes contenues à l'intérieur. Se méfier des messages qui vous demandent de l'argent. "Il faut être extrêmement paranoïaque" vis-à-vis de ce type de courriels, pour Guillaume Poupart.

Mettre à jour les systèmes, une priorité pour les entreprises

Son autre conseil vise les dirigeants des entreprises et responsables des systèmes d'information. Leur priorité doit être pour le patron de l'Anssi de mettre à jour dès que possible les systèmes, car les cybercriminels exploitent des failles connues de Microsoft.

Et enfin, un rappel basique mais incontournable pour Guillaume Poupart : pour tous les documents précieux dans une entreprise, il faut "faire des sauvegardes".

La "naïveté" des démocraties montrées du doigt

Mounir Mahjoubi, directeur de la campagne numérique d'Emmanuel Macron et ancien président du Conseil national du numérique, a pointé lundi sur franceinfo la "naïveté" des démocraties "face au risque numérique". Selon lui, il va falloir construire une "quatrième armée" dans le but de "protéger les citoyens, les entreprises et les administrations" dans les prochaines années.

"Le nombre de victimes ne semble pas avoir augmenté et la situation semble stable en Europe, ce qui est un succès", a déclaré lundi en fin de matinée le porte-parole d'Europol, Jan Op Gen Oorth. "Il semble qu'il y ait de nombreux responsables de la sécurité internet qui ont fait leur travail durant le week-end et procédé aux mises à jour des logiciels de sécurité", a-t-il ajouté. Selon Europol, plus de 200.000 ordinateurs dans le monde ont été affectés durant le week-end écoulé, une attaque sans précédent.