Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans l'Hérault, l'activité d'une boutique en ligne de loisirs créatifs bondit grâce aux confinements

-
Par , France Bleu Hérault

Depuis le premier confinement, Creavea connaît un regain d'activité. La plateforme de e-commerce, spécialisée dans les loisirs créatifs et basée à Vendargues (Hérault), prépare aujourd'hui entre 800 et 1.000 commandes par jour. Elle a doublé sa masse salariale.

Les tissus, le matériel de couture et les jeux pour les enfants sont les produits les plus populaires.
Les tissus, le matériel de couture et les jeux pour les enfants sont les produits les plus populaires. - Nicolas Miras

Le coronavirus a bouleversé l'économie française : certaines entreprises sont en souffrance, d'autres ont connu une forte croissance. C'est le cas de Creavea, une boutique de loisirs créatifs en ligne, dont l'entrepôt est basé à Vendargues (Hérault). L'entreprise propose 300.000 produits.

Une démocratisation de l'utilisation d'une plateforme en ligne

Avec le premier confinement, l'activité de Creavea a augmenté de 40%. Suite au second, elle a bondi de 50%, ce qui représente entre 800 et 1.000 commandes à préparer par jour. "C'est ça qui est complètement paradoxal, sourit Nicolas Miras, gérant de la société. Les gens se sont davantage tournés vers Internet pour faire du loisir créatif."

La fermeture des commerces physiques a permis à la plateforme de toucher un plus large public. "Ce sont des personnes qui n'ont pas l'habitude d'utiliser Internet, explique le quadragénaire. C'est la même dynamique que pour le télétravail ou les visioconférences : avec le coronavirus, le développement d'Internet a gagné 10 ans !"

"Pendant le premier confinement, ce sont surtout la couture et la mercerie qui ont eu du succès. C'est lié avec l'apparition des masques en tissu." - Nicolas Miras, gérant de l'entreprise Creavea.

Les clients se tournent surtout vers les tissus, le matériel de couture et les jeux pour les enfants. "Les méthodes de pédagogie alternative, comme celle de Montessori, sont beaucoup demandées, précise Nicolas Miras. Les produits basiques fonctionnent toujours très bien : tout ce qui est gommettes, papiers cartonnés, gouache, tampons."

L'entreprise a dû s'adapter à la forte hausse de la demande. "Pendant le premier confinement, c'était un peu compliqué, avoue le patron de Creavea. Il fallait rassurer les équipes. Certains n'ont pas pu venir travailler parce qu'il fallait garder les enfants à la maison.

C'est compliqué de faire face à une activité accrue avec 50% en moins de personnel. On a beaucoup travaillé." Pendant le second confinement, leur organisation est rodée. Nicolas Miras procède à une vingtaine de recrutements, portant l'équipe à une quarantaine de personnes.

Chaque année, Creavea fait des dons au CHU de Montpellier. Avec le coronavirus et la hausse de leur activité, l'entreprise a pu en donner davantage. Par ailleurs, des commerçants et des grandes enseignes ont approché la boutique héraultaise pour développer une gamme de loisirs créatifs.

Interview avec Nicolas Miras, gérant de l'entreprise Creavea

Choix de la station

À venir dansDanssecondess