Économie – Social

Dans l'Oise, l'usine de chausettes Kindy a six mois pour se refaire une santé financière

Par François Sauvestre, France Bleu Picardie vendredi 17 février 2017 à 18:56

L'usine Kindy compte 115 salariés à Moliens dans l'Oise
L'usine Kindy compte 115 salariés à Moliens dans l'Oise © Radio France - François Sauvestre

Le tribunal de commerce de Beauvais vient de placer la société Kindy en procédure de sauvegarde. Plombée par des ventes en berne, la dernière usine française du groupe basée à Moliens dans le nord de l'Oise risque la liquidation mais espère attirer de nouveaux investisseurs.

Réunis cette semaine par leur direction, les 115 salariés de l'usine de chaussettes Kindy de Moliens, dans le nord de l'Oise ont été choqués de découvrir la mauvaise situation financière du groupe. "Même si on a déjà connu des turbulences, on accuse le coup", résume Dany Cottet secrétaire (FO) du Comité d'Entreprise (CE). Ses comptes pour le second semestre 2016 n'ont pas encore été audités mais le chiffre d'affaires devrait s'afficher en baisse de 6,6% par rapport à la même période en 2015.

On a loupé une marche

La faute à "des ratés commerciaux", concède Nathalie Crouzet qui a pris la tête du directoire de Kindy il y a dix mois. L'essentiel des débouchés des chaussettes Kindy est en grande distribution. Or les ventes de textile dans ce secteur sont en berne, concurrencées par les enseignes de centre-ville ou l'e-commerce. "Nous avons loupé une marche", dit encore Nathalie Crouzet. Avant de poursuivre : "nous allons en grimper deux d'un coup"!

Nathalie Crouzet, la responsable de Kindy

De la direction à l'ensemble des salariés, toute l'usine picarde fait front. C'est aussi une question de fierté, d'histoire d'une entreprise crée en 1863 puis devenue incontournable dans le paysage industriel du secteur. Le site a compté jusqu'à près de 700 salariés avant d'être victime notamment de délocalisations. "Même le club de tennis porte le nom de l'usine", précise Dany Cottet comme pour appuyer l'importance de l'entreprise au sein de la commune d'un millier d'habitants. Le tribunal de commerce de Beauvais vient donc de décider d'une procédure de sauvegarde, au mois jusqu'au mois d'août. Pour dix-huit mois au maximum.

Plus de haut de gamme

Cette action préventive vise à permettre de traiter les difficultés d'une entreprise avant que celle ci ne soit en cessation de paiement. L'usine de Moliens compte d'ici la fin de cette période trouver de nouveaux investisseurs et renflouer ces caisses. Nathalie Crouzet est "persuadée que Kindy peut étendre le haut de gamme". L'entreprise fabrique déjà des chaussettes de toute première qualité pour les sportifs.

Parmi les autres stratégies, il y a aussi le développement des ventes à l'international et la multiplication des débouchés de ventes notamment en ligne. "Nous y avons toute notre place et le made in France séduit", insiste Nathalie Crouzet. Kindy en appelle aussi aux consommateurs. "Acheter Kindy c'est nous défendre", entend-on dans les couloirs de l'usine. Et comme le marketing a toute son importance, Kindy compte aussi sur sa notoriété gagnée notamment avec le slogan "les chaussettes qui ne se cachent plus".

Reportage France Bleu Picardie à Moliens dans l'usine Kindy