Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans l'Yonne, la CPME lance une pétition contre la fermeture des commerces de proximité

-
Par , France Bleu Auxerre

Après l'arrêté publié par le maire LR de Migennes, c'est au tour de la CPME de l'Yonne (Confédération des petites et moyennes entreprises) de contester le reconfinement. Elle lance une pétition en ligne pour demander "la ré-ouverture des commerces de proximité".

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Julien Mattia

La mobilisation contre la fermeture des petits commerces prend de l'ampleur dans l'Yonne. Après le maire de Migennes et son arrêté illégal pour autoriser les commerces "non-essentiels" à ouvrir à partir du vendredi 30 octobre, la Confédération des petites et moyennes entreprises du département lance une pétition. Publiée ce samedi matin sur le site Change.org, l'organisation patronale demande la "réouverture locale des commerces de proximité". 

Des commerçants "à bout de nerfs"

Emmanuelle Miredin, secrétaire générale de la CPME dans l'Yonne, en est à l'initiative. Elle appelle tous les commerçants à la mobilisation générale, mais aussi les élus du département. "L'idée c'est qu'au niveau local on fasse corps, avec force, contre la distorsion de concurrence avec la grande distribution", explique-t-elle. Emmanuelle Miredin estime qu'à la différence avec le premier confinement, la fermeture des petits commerces aujourd'hui n'est "économiquement plus jouable". "J'ai des chefs d'entreprise au téléphone qui sont à bout de nerfs. Ils n'ont plus de trésorerie." Avant d'ajouter : "C'est peut-être un peu fort de dire que c'est une question de vie ou de mort, mais pour certains commerçants on n'en est pas loin."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess