Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : dans la Sarthe, les espaces de loisirs intérieurs réclament de l'aide au gouvernement

-
Par , France Bleu Maine

Fermés depuis près d'un an, avec un court répit pendant le déconfinement, les sites de loisirs en intérieur ne voient pas le bout du tunnel en raison de l'épidémie de coronavirus. Dans la Sarthe, les gérants réclament plus d'aides au gouvernement.

Les charges fixes des sites de loisirs indoor sont nettement supérieures aux aides accordées par l'Etat
Les charges fixes des sites de loisirs indoor sont nettement supérieures aux aides accordées par l'Etat © Radio France - Clémence Gourdon Negrini

Ils sont une vingtaine dans le département. Les gérants d'espaces de loisir en intérieur ont rencontré le député de la 1ère circonscription de la Sarthe, Damien Pichereau, pour faire part de leurs doléances : leurs charges fixes sont nettement supérieures aux aides accordées par l'Etat. Avec des établissements de plusieurs centaines de mètres carrés, les loyers et autres charges fixes des espaces de loisir indoor sont bien plus élevés que dans les commerces classiques. Mais les aides auxquelles les gérants peuvent prétendre sont les mêmes pour tous : 20% du chiffre d'affaires ou une enveloppe de 10.000 euros. 

Pour Virginie Hérisson, gérante de Jim and Jump, au Mans, "l'aide n'est pas adaptée". Dès le premier confinement, comme beaucoup d'autres, elle a absorbé toute sa trésorerie. Pour s'en sortir, la responsable a fait une demande auprès du fonds de résilience, un prêt à taux zéro : "il faudra le rembourser, dans les cinq ans à venir, sans avoir de perspective de réouverture"

90% des coûts fixes

Les gérants demandent à bénéficier de la prise en charge de 90% de leurs charges fixes. Ils espèrent aussi que les aides perdurent lorsqu'ils pourront rouvrir : "Il faudrait que l'on en bénéficie le temps que l'activité se relance de façon normale", souligne Tony Fournival, le gérant d'Escape Yourself, à Mulsanne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess