Économie – Social

Dans le pays de Brest, on s'organise pour accueillir les réfugiés

Par Jean Saint-Marc et Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel jeudi 10 septembre 2015 à 19:02

L'arrivée de migrants syriens à Paris cette semaine
L'arrivée de migrants syriens à Paris cette semaine - MAXPPP

Des élus de Plouzané, du Relecq-Kerhuon et de Brest seront ce samedi à Paris pour la réunion nationale de coordination. Et deux familles syriennes sont logées à Bellevue depuis le 31 août. Mais pas question d'annoncer des chiffres comme l'a fait Quimper cette semaine.

Alors que le maire de Quimper Ludovic Jolivet a annoncé cette semaine vouloir accueillir cinquante migrants sur sa commune,  la municipalité brestoise elle refuse d'avancer le moindre chiffre : François Cuillandre attend le cadrage de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, lors de la réunion à Paris samedi. Non seulement parce que cet accueil est de sa compétence mais aussi parce qu'il permet de mettre en place un travail de longue haleine, avec les associations d'alphabétisation (comme l'Abaaf) l'Education Nationale ou encore Pôle Emploi. 

Brest accueille déjà** deux familles syriennes**, arrivées le 31 août dernier. Elles sont logées à Bellevue, dans des appartements gérés par Brest Métropole Habitat. Le père de famille a été opéré en urgence au CHU de Brest et les différents partenaires sociaux préfèrent les laisser en dehors de l'agitation politique et médiatique. 

Cinq autres familles doivent arriver d'ici à la fin septembre, sur un total de 17 prévues dans le Finistère en juin par Jean-Jacques Brot, ancien préfet du Finistère nommé par le gouvernement pour coordonner l'accueil des syriens en France. D'autres familles pourront également arriver sur la métropole brestoise si le ministère de l'Intérieur le juge nécessaire. 

"Je suis surpris du nombre de personnes qui proposent une chambre !"

D'autres communes du pays de Brest ont également commencé à évaluer leur capacité d'accueil. C'est le cas du Relecq-Kerhuon, commune de 12.000 habitants. Le maire, Yohann Nédélec : "nous avons déjà recensé les appartements qui pourraient être disponibles. Et puis la mairie, c'est le lieu où se concentrent les propositions des habitants ! Je suis agréablement surpris du nombre de personne qui proposent une chambre ou un lieu qui n'est pas habité chez eux. On en compte près d'une dizaine sur la commune !"

Les associations se mobilisent elles aussi : Digemer, qui a l'habitude de retaper des logements et d'accompagne des étrangers par exemple, ou encore l'association Singa qui propose aux particuliers de s'inscrire pour des accueils à domicile. L'Eglise réformée de France de Brest annonce quant à elle créer une association d'accueil "SOS Victimes du Moyen-Orient". Une réunion publique est prévue à la mairie de l'Europe le 25 septembre à 19 heures.

Comment aider concrètement ?

Le plus simple est sans doute de contacter directement la mairie de votre commune, la plupart des mairies orientent ensuite les dons vers les différentes associations ou les centres d'action sociale. Des dons "en nature" (vêtements etc.) sont possibles mais le plus simple est sans doute d'adresser des dons d'argent aux différentes associations caritatives.