Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Dans le sud-Manche, des salariés de Remade bloquent l'entrée de leur entreprise

-
Par , France Bleu Cotentin

"Nous sommes oubliés de tous", s'indignent une vingtaine de salariés de Remade : ils bloquent depuis ce jeudi 12 décembre l'entrée de leur entreprise de reconditionnement de smartphones à Poilley, près d'Avranches et menacent de détruire une partie des stocks.

Les salariés de Remade menacent de détruire "1000 iphone par jour pour être entendus".
Les salariés de Remade menacent de détruire "1000 iphone par jour pour être entendus". © Radio France - Lucie THUILLET

Poilley, France

Ils ont installé des palettes à l'entrée de leur usine de Poilley et menacent de "détruire 1000 Iphone par jour pour être entendus". Une vingtaine de salariés de Remade ont lancé une action ce jeudi 12 décembre, pour faire entendre "leur colère aux actionnaires, aux élus locaux, à l'Etat". 

L'entreprise de reconditionnement de smartphones est placée en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité depuis fin novembre. Et le tribunal de commerce de Rouen doit trancher mardi 17 décembre sur son sort et celui de ses 500 salariés dont 330 à Poilley.

Les actionnaires, notamment le fonds d'investissement LGT, leur ont fait savoir qu'ils refuseraient de financer le plan social ou quelque indemnité que ce soit, s'ils sont licenciés. En réponse, les salariés ont lancé ce blocage jusqu'à mardi, date de l'audience au tribunal où seront analysées les dernières offres de reprise.

On va vers un licenciement massif, avec peut-être près de 300 salariés licenciés, mais on est des oubliés, on dirait que tout le monde s'en fout, lance Alain Thébaut, représentant CFDT chez Remade

Parmi les 6 offres de reprise déposées en novembre, celle de l'indien CTS vient d'évoluer : il propose désormais de reprendre 111 salariés, au lieu de 96.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu