Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Dans le Var, une pétition pour demander la réouverture des brocantes

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Pour faire ralentir la propagation de l'épidémie de coronavirus dans le Var, le préfet a décidé d'interdire les vide-greniers, marchés aux puces et brocantes dans le département jusqu'au 23 mars. Une décision qui ne passe pas auprès des brocanteurs. Une pétition est lancée.

Dans le Var, les brocantes sont interdites depuis le 2 mars 2021 par arrêté préfectoral (photo illustration)
Dans le Var, les brocantes sont interdites depuis le 2 mars 2021 par arrêté préfectoral (photo illustration) © Radio France - Philippe Thomain

Si le Var n'est pas confiné le week-end, le préfet a cependant pris le mardi 2 mars des mesures pour éviter la concentration de personnes et ralentir la propagation du coronavirus dans le département. Ainsi, vide-greniers, marchés aux puces et brocantes sont interdits jusqu'au 23 mars inclus. Une décision qui ne passe pas auprès des professionnels. Audrey Charasse, organisatrice de la brocante Les Jas des Roberts à Cogolin, lance une pétition en ligne pour demander la réouverture des brocantes.

Celle qui accueille tous les dimanches une centaine d'exposants professionnels trouve la décision du préfet "injuste" : "Les marchés non-alimentaires ont été autorisés le lendemain par un nouvel arrêté préfectoral. Les marchands non-sédentaires peuvent donc vendre des produits neufs et nous, nous ne pouvons pas travailler. Je ne comprends pas pourquoi certaines marchandises pourraient être vendues et pas d'autres. Ma brocante a lieu sur un espace de 4 hectares et accueille en ce moment moins de 600 visiteurs. Le protocole sanitaire est strict mais les brocanteurs perdent malgré tout leur point de vente. Je ne comprends pas", explique, agacée, l'organisatrice. 

Elle espère que "les brocanteurs auront au moins l'autorisation de s'installer sur les marchés des villes et villages. Ils ont besoin de travailler après une année 2020 très compliquée."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess