Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans les campings manchois, la saison reprend doucement

-
Par , France Bleu Cotentin

Avec la réouverture progressive des frontières au sein de l'Europe depuis le 15 juin, les touristes étrangers font leur retour dans les campings manchois. La saison reprend, mais avec une affluence moindre que d'habitude.

Le camping municipal de Pirou
Le camping municipal de Pirou © Radio France - Marc Bertrand

Avec les fortes chaleurs de ces derniers jours et la levée de certaines frontières européennes, les touristes étrangers sont très attendus dans les campings manchois. Après le confinement, les propriétaires comptent sur la suite de la saison pour rattraper les pertes.

Au camping de la plage à Fermanville, les clients sont surtout des français. "Les mobile-homes sont complets, je ne vais pas m'en plaindre, mais il nous manque la clientèle de passage, les campeurs, les campings-caristes", précise Virginie Félix, la proriétaire.

"La fréquentation est encore très timide", reconnait-elle. "Il y a moins de monde, mais ceux qui viennent le font parce qu'ils ont vu pendant le confinement des émissions, des images ou des reportages sur le Cotentin."

La moitié de la fréquentation habituelle

Au camping cinq étoiles de l'anse du Brick, la situation est morose. "Nous travaillons à plus de 90% avec les étrangers, les réservations ont repris, mais nous avons à peine la moitié de la fréquentation habituelle", explique Valérie d'Enquin, la directrice.

"Mais tout ça est très fragile", prévient-elle. "L'autre jour, un des indicateurs est passé au rouge en Normandie. Dés le lendemain, on a des étrangers qui nous ont appelé pour annuler leurs séjours."

Le protocole sanitaire est aussi une charge supplémentaire : temps des salariés, gel hydroalcoolique, matériel, plaque de plexiglas, etc. Cela revient à un budget de 15.000 euros selon elle. "Notre objectif serait de sortir une année à zéro, mais on est pas sûr d'y arriver, ça peut-être une année déficitaire, très déficitaire", conclut Valérie d'Enquin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu