Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour Laurent Pecqueur, fournisseur de boisson, "les entreprises sont en train de se noyer"

-
Par , France Bleu Nord

Les barmans, restaurateurs, hôteliers sont inquiets, alors que les mesures de lutte contre la Covid-19 les obligent à fermer plus tôt que prévu. Laurent Pecqueur, fournisseur de boisson dans les Hauts-de-France lance un appel à l'aide ce mardi 6 octobre sur France Bleu Nord.

Des bars fermés, rue Royale, dans le centre-ville de Lille.
Des bars fermés, rue Royale, dans le centre-ville de Lille. © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est un appel à l'aide, que lance Laurent Pecqueur sur France Bleu Nord ce mardi 6 octobre. Ce grossiste en boisson fournit 1500 cafés, hôtels, restaurants et discothèques dans les Hauts-de-France. Et ce qu'il constate sur son propre chiffre d'affaires, ce sont les difficultés de la filière.

"L'année dernière on a fait un chiffre d'affaire de 38 millions d'euros, détaille Laurent Pecqueur. On est en grosse conquête de clients, on devait finir l'année à +15% et aujourd'hui on est à peu près à -25%."

On a eu un premier coup de massue avec le confinement, et là on en prend un deuxième qui pourrait être fatal pour toute la profession - Laurent Pecqueur

Le fournisseur de boissons souligne l'inquiétude de ses clients face aux mesures de fermeture décidées à Paris et Marseille, ou de réduction des horaires d'ouverture à Lille. "On est en pleine période d'incertitude, on navigue au jour le jour."

Son entreprise pâtit de la mauvaise santé des débits de boisson

"La semaine dernière on a livré 30% de ce qu'on livre habituellement, précise Laurent Pecqueur. En ayant les mêmes frais fixes que d'habitude. Pour l'instant on ne peut pas utiliser le chômage partiel. Ce qui est très inquiétant, on ne va pas se retrouver au niveau comptabilité."

Les aides de l'état ne suffisent plus

Les bars et restaurants ne se sentent pas assez soutenus selon lui. "L'état a débloqué des reports de charge et des prêts garantis. C'était une rustine, ça nous a bien aidé. Mais aujourd'hui on est dans une galère, les entreprises sont entrain de se noyer. Si rien n'est fait, elles vont toucher le fond et ne vont pas se relever

."

Je pense qu'il faut faire vite parce qu'avec la tempête économique certains sont déjà passés par dessus bord et tombés à l'eau - Laurent Pecqueur

Laurent Pecqueur demande donc plus d'aides, au risque que des débits de boissons ne ferment : "Aujourd'hui il faut des annulations de charges et un dispositif très fort au niveau de la profession pour sauver un maximum d'entreprises."

Réécoutez l'interview de Laurent Pecqueur, grossiste en boisson dans les Hauts-de-France

Choix de la station

À venir dansDanssecondess